Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Accident mortelle dans une centrale thermique en construction

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

La cheminée d'une centrale thermique en cours de construction s'est écroulée dans le centre de l'Inde. L'accident pourrait avoir fait 100 morts parmi les ouvriers travaillant sur le site, selon une source syndicale.

AFP - Les recherches se poursuivaient jeudi pour retrouver des survivants sur le site d'une centrale thermique en Inde au lendemain de la chute d'une cheminée en construction qui pourrait avoir fait plus de 100 morts parmi les ouvriers, selon une source syndicale.

Selon les autorités locales, vingt corps ont été retrouvés tandis que des dizaines d'autres sont probablement encore enfouis sous un amas de briques et de pierres sur le site de Korba, à environ 200 km de Raipur, la capitale de l'Etat du Chhattisgarh (centre).

"Je m'attends à ce qu'il y ait plus de 100 morts", a déclaré Vinod Kumar Sharma, le secrétaire général du syndicat des travailleurs au sein du groupe Balco (Bharat Aluminium Co Ltd), chargé de la construction d'une cheminée pour la centrale.

Le responsable a expliqué que cette estimation se fondait sur des témoignages recueillis auprès de syndicalistes présents sur les lieux au moment du drame survenu mercredi alors que les ouvriers s'abritaient de la pluie à l'intérieur et autour de l'ouvrage en construction.

"Seules neuf personnes ont survécu et sont actuellement hospitalisées. Les autres sont mortes", a ajouté Vinod Kurma Sharma.

Un précédent bilan officiel annoncé mercredi de source policière a fait état d'au moins 20 morts.

Une cheminée de 275 mètres de hauteur était en construction et 100 mètres avaient déjà été construits. Mercredi, le directeur général de Balco, B.K. Srivastava, a évoqué la présence de "fortes pluies" et d'"éclairs" au moment de l'accident.

Une vaste opération de secours a été mise en place, avec notamment 150 sauveteurs mobilisés et 10 pelleteuses pour déblayer les débris. La police et les autorités locales ont cependant reconnu leurs difficultés à établir précisément le nombre de personnes ensevelies, l'entreprise n'ayant pu donner le nombre exact d'ouvriers contractuels qui travaillaient sur le site.

M. Sharma a estimé à entre 55 et 70 le nombre de personnes oeuvrant directement sur la cheminée tandis que des dizaines d'autres travaillaient au sol.

"Les chances de retrouver des survivants sont vraiment très faibles", a indiqué par téléphone un responsable de la police, Ratanlal Dangi, présent sur le site.

La centrale, construite par Balco (Bharat Aluminium Co Ltd), est une entreprise dont 51% du capital appartient au groupe Vedanta Plc, coté à la Bourse de Londres et dont les activités se concentrent sur l'Inde. Les 49% restants sont aux mains de l'Etat indien.

Dans un communiqué, le groupe Vedenta a indiqué que l'accident avait probablement été provoqué par des fortes pluies et des éclairs mais qu'il fallait attendre les conclusions d'une enquête.

Les accidents mortels sur des chantiers sont relativement fréquents en Inde, où les règles de sécurité sont régulièrement bafouées.

Selon le responsable pour l'Asie du sud du syndicat des ouvriers du bâtiment et du bois, Rajeev Sharma, il s'agit toutefois de "l'un des pires accidents dans l'histoire récente de la construction en Inde".

Première publication : 23/09/2009

COMMENTAIRE(S)