Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pendant ce temps, au Nigeria..."

En savoir plus

SUR LE NET

Mexique : réactions à l'annonce de la mort de 43 étudiants

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sans-cravates ou sans-culottes ?"

En savoir plus

Amériques

Ahmadinejad provoque les grandes puissances devant l'ONU

Vidéo par David THOMSON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

Une douzaine de délégations, dont la française et l'américaine, ont quitté mercredi soir la salle de l'Assemblée générale de l'ONU afin de protester contre le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad jugé "antisémite".

AFP - Une douzaine de délégations, dont la française et l'américaine, ont quitté mercredi soir à New York la salle de l'Assemblée générale de l'ONU afin de protester contre le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, jugé "antisémite".

Le départ de la délégation française a été confirmé de source diplomatique française. Le discours du président iranien était "inacceptable", a déclaré à l'AFP un diplomate français, précisant qu'une concertation entre Européens avait eu lieu au préalable pour décider d'un éventuel départ.

Les Etats-Unis ont aussi quitté la salle, a-t-on indiqué de source diplomatique américaine. "Il est décevant que M. Ahmadinejad ait choisi une nouvelle fois de recourir à une rhétorique haineuse, insultante et antisémite", a déclaré dans un communiqué Mark Kornblau, porte-parole de la mission américaine auprès de l'ONU.

Le Canada avait pour sa part annoncé qu'il boycotterait le discours.

Lors de son allocution, le président iranien s'est livré à un long réquisitoire contre l'état actuel du monde, dirigeant des attaques à mots le plus souvent voilés contre les Etats-Unis et les juifs.

"Il n'est plus acceptable qu'une petite minorité domine la politique, l'économie et la culture dans une large partie du monde grâce à ses réseaux sophistiqués, instaure une nouvelle forme d'esclavage et nuise à la réputation d'autres nations, y compris des nations européennes et des Etats-Unis, afin d'atteindre ses objectifs racistes", a ainsi dit M. Ahmadinejad.

Dans une allusion aux Etats-Unis et à ses interventions en Irak et en Afghanistan, le président iranien a estimé qu'"il n'était pas acceptable d'envoyer des troupes à des milliers de kilomètres pour y faire la guerre et répandre le sang, la terreur et l'intimidation".

Selon un diplomate européen, outre les Etats-Unis et la France, les pays ayant quitté la salle de l'Assemblée étaient au moins une douzaine. Parmi eux, a précisé ce diplomate à l'AFP, figuraient la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne, le Danemark, la Hongrie, l'Argentine, le Costa Rica, l'Uruguay, la Nouvelle-Zélande et l'Australie.

Plus tôt dans la journée, l'entourage du président français Nicolas Sarkozy avait indiqué que les délégations des 27 pays de l'Union européenne (UE) pourraient quitter la salle de l'Assemblée générale pendant le discours, en cas de "provocation" de M. Ahmadinejad.

 

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)