Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sarraj : "Nous avons besoin de l'ONU pour organiser des élections en Libye"

En savoir plus

FOCUS

Discrimination positive au Brésil : des étudiants dénoncent des fraudes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Valérian", dernière superproduction de Besson, débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : "le simulacre d'assurance maladie" au Sénat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron réconcilie les Libyens"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

LE DÉBAT

Libye : vers une sortie de crise ? (partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis veulent engager un dialogue avec la junte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

Washington, qui impose des sanctions à la Birmanie, veut établir en parallèle un dialogue avec la junte au pouvoir afin de l'encourager à entreprendre des réformes démocratiques, a déclaré la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.

AFP - Les Etats-Unis veulent engager un dialogue avec la Birmanie, sans abandonner les sanctions actuellement imposées à ce pays, a déclaré mercredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

"Nous pensons que les sanctions restent un élément important de notre politique, mais qu'elles n'ont pas, en elles-mêmes, produit les résultats espérés", a déclaré la chef de la diplomatie américaine à l'issue d'une réunion organisée à l'ONU par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

"Opposer le dialogue et les sanctions est selon nous un faux choix. A l'avenir, nous emploierons ces deux outils dans la poursuite de nos objectifs qui sont inchangés", a-t-elle dit.

Des élections sont prévues l'an prochain en Birmanie, les premières depuis 20 ans. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont imposé des sanctions au régime birman en raison de son refus de reconnaître le résultat des élections de 1990 et de la détention prolongée de la dirigeante de l'opposition, Aung San Suu Kyi.
 

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)