Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

FOCUS

L'Inde, paradis des startups

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marine Le Pen au Tchad

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Le Roux : une démission pour l'exemple ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis veulent engager un dialogue avec la junte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

Washington, qui impose des sanctions à la Birmanie, veut établir en parallèle un dialogue avec la junte au pouvoir afin de l'encourager à entreprendre des réformes démocratiques, a déclaré la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.

AFP - Les Etats-Unis veulent engager un dialogue avec la Birmanie, sans abandonner les sanctions actuellement imposées à ce pays, a déclaré mercredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

"Nous pensons que les sanctions restent un élément important de notre politique, mais qu'elles n'ont pas, en elles-mêmes, produit les résultats espérés", a déclaré la chef de la diplomatie américaine à l'issue d'une réunion organisée à l'ONU par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

"Opposer le dialogue et les sanctions est selon nous un faux choix. A l'avenir, nous emploierons ces deux outils dans la poursuite de nos objectifs qui sont inchangés", a-t-elle dit.

Des élections sont prévues l'an prochain en Birmanie, les premières depuis 20 ans. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont imposé des sanctions au régime birman en raison de son refus de reconnaître le résultat des élections de 1990 et de la détention prolongée de la dirigeante de l'opposition, Aung San Suu Kyi.
 

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)