Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis veulent engager un dialogue avec la junte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

Washington, qui impose des sanctions à la Birmanie, veut établir en parallèle un dialogue avec la junte au pouvoir afin de l'encourager à entreprendre des réformes démocratiques, a déclaré la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.

AFP - Les Etats-Unis veulent engager un dialogue avec la Birmanie, sans abandonner les sanctions actuellement imposées à ce pays, a déclaré mercredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

"Nous pensons que les sanctions restent un élément important de notre politique, mais qu'elles n'ont pas, en elles-mêmes, produit les résultats espérés", a déclaré la chef de la diplomatie américaine à l'issue d'une réunion organisée à l'ONU par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

"Opposer le dialogue et les sanctions est selon nous un faux choix. A l'avenir, nous emploierons ces deux outils dans la poursuite de nos objectifs qui sont inchangés", a-t-elle dit.

Des élections sont prévues l'an prochain en Birmanie, les premières depuis 20 ans. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont imposé des sanctions au régime birman en raison de son refus de reconnaître le résultat des élections de 1990 et de la détention prolongée de la dirigeante de l'opposition, Aung San Suu Kyi.
 

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)