Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les poilus sont-ils vraiment partis la fleur au fusil ?

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

Culture

L'empereur aztèque Moctezuma II à l'honneur au British Museum

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

Jeudi, le British Museum de Londres a ouvert la première exposition jamais consacrée à l'empereur aztèque Moctezuma II, véritable demi-dieu qui a régné d'une main de fer sur le centre de l'actuel Mexique de 1502 à 1520.

AFP - Le British Museum de Londres présente à partir de jeudi la première exposition jamais consacrée à l'empereur aztèque Moctezuma II, véritable demi-dieu qui a régné d'une main de fer sur le centre de l'actuel Mexique jusqu'à l'arrivée des Conquistadores.

"Il y a eu beaucoup d'expositions sur la culture aztèque mais celle-ci est une exploration aventureuse pour essayer de comprendre la vie de l'un des principaux protagonistes des événements mouvementés de la conquête espagnole du Mexique", a expliqué à l'AFP Colin McEwan, co-commissaire de l'exposition "Moctezuma: dirigeant aztèque" qui se déroule jusqu'au 24 janvier 2010.

"C'est la première fois que Moctezuma est placé sur le devant de la scène mondiale", a-t-il ajouté. Quelque 400.000 visiteurs sont attendus pour admirer des trésors ayant échappé à la destruction des colonisateurs.

L'exposition est aussi l'occasion de procéder d'emblée à une rectification linguistique: le terme "aztèque" est utilisé à tort depuis le 19ème siècle pour décrire la civilisation Mexica, qui a inspiré les Espagnols pour nommer leur nouveau territoire.

Né en 1467, Moctezuma II est le neuvième et dernier empereur élu ayant régné sur le peuple Mexica, dont la capitale Tenochtitlan repose sous l'actuelle Mexico. Il a régné de 1502 à 1520, ne survivant que peu de temps aux Conquistadores menés par Hernan Cortes.

"Il est issu d'une longue lignée de dirigeants mais pour pouvoir être élu, il a dû prouver ses connaissances, son aptitude en matière militaire, ses talents d'orateur. Il a dû faire ses preuves", a expliqué Elisenda Vila Llonch, co-commissaire de l'exposition, qui coïncide avec les 200 ans de l'indépendance du Mexique et le centenaire de la révolution mexicaine en 2010.

Le musée est parvenu à réunir "la plupart des sculptures liées à Moctezuma ou qui portent le caractéristique glyphe de son nom", un diadème de turquoise symbolisant le pouvoir royal mais qu'il s'est approprié, a précisé M. McEwan.

Sa fierté est d'être parvenu à obtenir le "Teocalli de la guerre sacrée" qui est sorti du Mexique pour la première fois. Pièce maîtresse de l'exposition, le Teocalli est une sculpture votive destinée à commémorer la cérémonie du Nouveau feu de 1507. Cette oeuvre monobloc de plus d'une tonne célèbre notamment le triomphe du soleil dans l'univers.

La vie de Moctezuma est décortiquée en trois thèmes: le puissant dirigeant politique, le demi-dieu et le guerrier dont le rôle est d'étendre son territoire et de faire des prisonniers destinés à être sacrifiés.

Des sacrifices humains qui sont omniprésents dans l'exposition, avec en particulier l'aigle Cuauhxicalli taillé dans une roche éruptive dont le dos accueille une vasque pour les offrandes au soleil, en l'occurrence des coeurs humains, ou encore un poignard rituel au manche incrusté de turquoise et de nacre.

La turquoise, et sa couleur bleu-vert, symbolisait la puissance dans la culture Mexica. Cette pierre avait naturellement les faveurs des empereurs et ornait objets rituels, tributs et cadeaux officiels.

Le musée expose plusieurs objets incrustés de turquoise, en particulier une ceinture ornée d'un crâne humain et des masques qui étaient utilisés lors de cérémonies. Lorsqu'il rencontre pour la première fois Cortes, assoiffé d'or, Moctezuma lui offre entre autres un pectoral représentant un serpent à deux têtes en turquoise.

L'exposition s'achève sur des représentations du dernier maître de Tenochtitlan, en version légèrement occidentalisée pour ne pas déstabiliser les Européens: son diadème de turquoise est remplacé par une couronne digne de la reine d'Angleterre, son palais est agrémenté de balustrades classiques en pierre.

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)