Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

Amériques

La justice new-yorkaise inculpe trois Afghans pour complot terroriste

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/09/2009

Trois Afghans ont été inculpés, ce jeudi, par un tribunal fédéral de New York pour "complot visant à utiliser des armes de destruction massive à l'encontre de personnes ou de biens aux États-Unis".

AFP - Un imam afghan arrêté samedi à New York dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attentat présumé aux Etats-Unis a été libéré moyennant une caution de 1,5 million de dollars, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

"Si vous ne revenez pas au tribunal, vos parents vont être ruinés", a déclaré le juge à Ahmad Wais Afzali, 37 ans, dont la maison familiale a été hypothéquée pour permettre sa libération.

Un peu plus tôt, un autre Afghan arrêté dans le Colorado (ouest) dans le cadre de la même enquête, Najibullah Zazi, un chauffeur de bus de 24 ans résident légal aux Etats-Unis, avait été inculpé pour "complot visant à utiliser des armes de destruction massive à l'encontre de personnes ou de biens aux Etats-Unis" par un tribunal fédéral de New York, selon un communiqué du ministère américain de la Justice.

Najibullah Zazi est accusé d'avoir "intentionnellement comploté avec d'autres pour utiliser une ou plusieurs armes de destruction massive (...) contre des personnes ou des biens aux Etats-Unis entre le 1er août 2008 et le 21 septembre 2009", précise le communiqué.

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)