Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

SCIENCES

Des scientifiques prouvent la présence d'eau sur la Lune

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/10/2009

Des scientifiques viennent de prouver la présence d'eau sur la Lune. Cette nouvelle, dévoilée mercredi, bouleverse les précédentes conclusions de la science selon lesquelles le sol lunaire serait sec à la possible exception de glace aux pôles.

AFP - Des particules d'eau sont présentes sur la surface de la Lune, selon une nouvelle recherche dévoilée mercredi qui bouleverse de précédentes conclusions de la science selon lesquelles le sol lunaire serait sec à la possible exception de glace aux pôles.

Les auteurs de la recherche ont utilisé les données fournies par un instrument de la Nasa baptisé "Moon Mineralogy Mapper" ou M3, transporté à bord de Chandrayyan-1, premier satellite indien à avoir été placé sur orbite lunaire en 2008.

Cet instrument de cartographie minéralogique de la Lune analyse la réflexion de la lumière du soleil sur la surface lunaire pour déterminer sa composition.

La lumière se reflète en longueurs d'ondes différentes selon la nature des minéraux et les chercheurs peuvent utiliser ces variations pour déterminer la composition de la couche supérieure du sol de la Lune.

Le M3 a ainsi détecté une longueur d'onde lumineuse indiquant un élément chimique liant l'hydrogène et l'oxygène, expliquent les auteurs de ces travaux parus dans la revue américaine Science datée du 25 septembre.

Ils précisent que cela prouve la présence d'eau, formée de deux atomes d'hydrogène liés à un atome d'oxygène.

L'instrument peut seulement scruter les couches superficielles du sol lunaire, peut-être quelques centimètres sous la surface, précise Larry Taylor de l'Université du Tennessee (sud), l'un des co-auteurs de cette étude.

Jusqu'à cette découverte, les scientifiques avançaient la théorie, non prouvée, de la présence de glace dans des zones d'obscurité permanente au fond de cratères situés aux pôles de la Lune et pensaient que le reste de la Lune était totalement sec.

Selon les auteurs de cette découverte, il existe potentiellement deux catégories d'eau sur le seul satellite naturel de la Terre, l'une provenant d'une source extérieure, à savoir des météorites formés de glace s'écrasant sur la lune et l'autre d'origine purement lunaire.

Puisque les roches et les sols de la Lune contiennent environ 45% d'oxygène, il reste à déterminer d'où provient l'hydrogène observé par l'instrument M3. Ces chercheurs pensent qu'il pourrait provenir des vents solaires.

Le soleil émet constamment des particules, surtout des protons chargés d'atome d'hydrogène dans le processus de fusion nucléaire, qui bombardent le sol lunaire à un tiers de la vitesse de la lumière, expliquent-ils.

Selon les estimations de ces scientifiques il y pourrait y avoir 25% d'eau par tonne de sol lunaire.

Les échantillons de sol et de roches lunaires ramenés par les astronautes des missions Apollo il y a 40 ans contenaient des traces d'eau. Mais la plupart des conteneurs dans lesquels ils se trouvaient n'étaient pas hermétiques, conduisant les chercheurs à conclure que ces particules d'eau provenaient de l'humidité dans l'air et n'étaient pas de ce fait d'origine lunaire.
 

Première publication : 24/09/2009

COMMENTAIRE(S)