Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

À la veille du scrutin, Merkel fait toujours la course en tête

Vidéo par Anne MAILLIET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/09/2009

Les Allemands se rendent aux urnes, dimanche, pour renouveler le Bundestag. La chancelière Angela Merkel, qui participe ce vendredi au G20 de Pittsburgh, est bien partie pour obtenir un deuxième mandat de quatre ans.

AFP - L'ancien chancelier chrétien-démocrate Helmut Kohl, qui a dirigé l'Allemagne de 1982 à 1998, sonne le rappel des troupes conservatrices jeudi dans un entretien au quotidien Bild, à trois jours d'un scrutin indécis.

Les intentions des vote en faveur des chrétiens-démocrates de la chancelière Angela Merkel baissent dans les sondages, ce qui met en péril leur projet de coalition avec les Libéraux du FDP.

"Et c'est seulement pour cela que j'ai accepté de m'exprimer dans une interview, parce que je veux que (la coalition) noir-jaune l'emporte", explique l'ancien chancelier en référence aux couleurs de la CDU et du FDP.

M. Kohl se désole du désintérêt massif des Allemands pour cette élection: "je me fais de gros soucis quand j'entends et je lis que tant de gens n'ont pas encore décidé pour qui ils allaient voter, voire s'ils vont même seulement aller voter ou pas".

Il a cependant refuser d'entrer dans le débat sur le style de campagne choisi par Angela Merkel, critiqué dans son propre camp pour son absence d'agressivité et d'élan, et ponctué par un débat télévisé sans saveur avec son principal adversaire, le ministre social-démocrate (SPD) des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, qui semble s'en être mieux tiré.


"On n'est pas dans un concours de beauté, à se demander qui a la meilleur stratégie de campagne ou qui a fait le plus beau débat télévisé (...) ce qui compte, c'est ce qui sortira (des élections) à la fin, et de ce point de vue, j'espère évidemment que ce sera une majorité claire pour le camp noir-jaune", souligne-t-il.

Interrogé sur une éventuelle reconduction de la grande majorité entre les conservateurs et les socio-démocrates, au pouvoir ces quatre dernières années, il refuse de qualifier cette hypothèse de "malheur".

"Malheur serait un mot un peu fort. Je dirais plutôt que ce serait à nouveau un sérieux compromis. Et avec ce genre de sérieux compromis, on ne peut pas faire avancer le pays comme on pourrait le faire si on avait une coalition entre partis partageant au moins des valeurs fondamentales similaires", détaille-t-il.
 

Première publication : 25/09/2009

COMMENTAIRE(S)