Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Cinq partis se disputent les voix des électeurs

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Texte par Euny HONG

Dernière modification : 25/09/2009

Si, d'après les sondages, la victoire de la CDU d'Angela Merkel aux législatives du 27 septembre ne fait guère de doutes, quatre autres partis participent au scrutin et espèrent faire partie d'une future coalition gouvernementale.

“Votez pour Merkel ou pour Merkel !”, titrait récemment l’hebdomadaire allemand "Stern". Si la victoire de la chancelière Angela Merkel au législatives du 27 septembre est considérée comme acquise, rien n’est encore joué pour les quatre autres partis représentés au Bundestag (la chambre basse du Parlement allemand). Le nombre particulièrement important d'indécis recensés dans les derniers sondages (25 %) laisse planer un doute sur l'issue du scrutin et la coalition gouvernementale qui en sortira.

 

 

 

La CDU, parti de l’actuelle chancelière Angela Merkel, a été créé en 1950. Il compte 520 000 militants dans la République fédérale, à l'exception de la Bavière, où il est représenté par l'Union chrétienne-sociale (CSU). Contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, ce n’est pas un parti religieux.

  

La CDU est le seul parti à affirmer son opposition à l’adhésion pleine et entière de la Turquie à l’Union européenne. Angela Merkel préfèrerait signer "un partenariat privilégié" avec Ankara. La CDU, dont le succès paraît garanti compte tenu de la popularité de sa chef de file, propose par ailleurs une baisse de l'impôt sur le revenu et souhaite le maintien des troupes allemandes en Afghanistan dans le cadre de la mission de l'Otan dans le pays, bien que l’actuelle chancelière souhaite un transfert progressif des responsabilités aux autorités afghanes - une position plus ou moins identique à celles de l’administration Obama.

 

 

Le SPD, parti social-démocrate, est également au pouvoir. Dirigé par Franz Müntefering et l'actuel ministre allemand des Affaires étrangères, Franck-Walter Steinmeier, il fait partie de la coalition construite autour de la CDU. Fondé en 1863, le SPD est le plus vieux parti allemand et compte 513 000 militants. La formation qui, selon certains analystes, aurait perdu de nombreux électeurs en soutenant le déploiement de troupes allemandes en Afghanistan, défend désormais un retrait du contingent germanique.

 

 

Le FDP (libéral-démocrate), parti de centre-droit, a été fondé en 1948. Il compte 68 000 militants. Dirigé depuis 2001 par Guido Westerwelle, il défend une politique économique largement favorable au marché et aux entreprises et affiche une méfiance envers l’État-providence. Selon plusieurs experts, de nombreux électeurs pourraient voter pour le FDP dans l’espoir de voir sa politique résolument libérale accélérer la relance économique. La CDU aspire à créer une coalition avec les libéraux-démocrates.

 

 

Die Linke est le parti de la gauche radicale créé en 2007. Il compte 76 000 militants. Die Linke envisage de porter à 53 % le taux d'imposition des plus hauts revenus. Au départ considérée comme une formation marginale et désorganisée, elle pourrait bien être la pierre angulaire de la coalition qui sera formée à l'issue du scrutin. Expert à la Société allemande pour la politique étrangère, le Dr Jan Techau affirme que Die Linke a récupéré des transfuges du SPD déçus par leur ancien parti "dinosaure". Selon le quotidien "Der Tagesspiegel", la gauche radicale “pourrait être le grand vainqueur de ces élections”.

 

 

Die Grünen, le parti écologiste fondé en 1980, compte 46 500 militants. Au fil des ans, son sujet de prédilection - la protection de l'environnement - est devenu une question qui préoccupe tous les partis. Comme l’explique Jan Techau : “Au départ, c’était un 'parti du Muesli' qui ne défendait qu’une idée. Aujourd’hui au contraire, il s'agit d'un parti très moderne qui rassemble tant les anciens militants écologistes que l'élite urbaine propriétaire de BMW." Ce rassemblement "harmonieux" d’électeurs de gauche comme de droite devrait, selon Techau, favoriser l'essor du parti.

 

 

 

Repondez à ce quizz et découvrez le parti pour lequel vous voteriez.

 

 

Sources : Bundeszentrale für Politische Bildung
 

Première publication : 25/09/2009

COMMENTAIRE(S)