Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

EUROPE

Cinq partis se disputent les voix des électeurs

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Texte par Euny HONG

Dernière modification : 25/09/2009

Si, d'après les sondages, la victoire de la CDU d'Angela Merkel aux législatives du 27 septembre ne fait guère de doutes, quatre autres partis participent au scrutin et espèrent faire partie d'une future coalition gouvernementale.

“Votez pour Merkel ou pour Merkel !”, titrait récemment l’hebdomadaire allemand "Stern". Si la victoire de la chancelière Angela Merkel au législatives du 27 septembre est considérée comme acquise, rien n’est encore joué pour les quatre autres partis représentés au Bundestag (la chambre basse du Parlement allemand). Le nombre particulièrement important d'indécis recensés dans les derniers sondages (25 %) laisse planer un doute sur l'issue du scrutin et la coalition gouvernementale qui en sortira.

 

 

 

La CDU, parti de l’actuelle chancelière Angela Merkel, a été créé en 1950. Il compte 520 000 militants dans la République fédérale, à l'exception de la Bavière, où il est représenté par l'Union chrétienne-sociale (CSU). Contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, ce n’est pas un parti religieux.

  

La CDU est le seul parti à affirmer son opposition à l’adhésion pleine et entière de la Turquie à l’Union européenne. Angela Merkel préfèrerait signer "un partenariat privilégié" avec Ankara. La CDU, dont le succès paraît garanti compte tenu de la popularité de sa chef de file, propose par ailleurs une baisse de l'impôt sur le revenu et souhaite le maintien des troupes allemandes en Afghanistan dans le cadre de la mission de l'Otan dans le pays, bien que l’actuelle chancelière souhaite un transfert progressif des responsabilités aux autorités afghanes - une position plus ou moins identique à celles de l’administration Obama.

 

 

Le SPD, parti social-démocrate, est également au pouvoir. Dirigé par Franz Müntefering et l'actuel ministre allemand des Affaires étrangères, Franck-Walter Steinmeier, il fait partie de la coalition construite autour de la CDU. Fondé en 1863, le SPD est le plus vieux parti allemand et compte 513 000 militants. La formation qui, selon certains analystes, aurait perdu de nombreux électeurs en soutenant le déploiement de troupes allemandes en Afghanistan, défend désormais un retrait du contingent germanique.

 

 

Le FDP (libéral-démocrate), parti de centre-droit, a été fondé en 1948. Il compte 68 000 militants. Dirigé depuis 2001 par Guido Westerwelle, il défend une politique économique largement favorable au marché et aux entreprises et affiche une méfiance envers l’État-providence. Selon plusieurs experts, de nombreux électeurs pourraient voter pour le FDP dans l’espoir de voir sa politique résolument libérale accélérer la relance économique. La CDU aspire à créer une coalition avec les libéraux-démocrates.

 

 

Die Linke est le parti de la gauche radicale créé en 2007. Il compte 76 000 militants. Die Linke envisage de porter à 53 % le taux d'imposition des plus hauts revenus. Au départ considérée comme une formation marginale et désorganisée, elle pourrait bien être la pierre angulaire de la coalition qui sera formée à l'issue du scrutin. Expert à la Société allemande pour la politique étrangère, le Dr Jan Techau affirme que Die Linke a récupéré des transfuges du SPD déçus par leur ancien parti "dinosaure". Selon le quotidien "Der Tagesspiegel", la gauche radicale “pourrait être le grand vainqueur de ces élections”.

 

 

Die Grünen, le parti écologiste fondé en 1980, compte 46 500 militants. Au fil des ans, son sujet de prédilection - la protection de l'environnement - est devenu une question qui préoccupe tous les partis. Comme l’explique Jan Techau : “Au départ, c’était un 'parti du Muesli' qui ne défendait qu’une idée. Aujourd’hui au contraire, il s'agit d'un parti très moderne qui rassemble tant les anciens militants écologistes que l'élite urbaine propriétaire de BMW." Ce rassemblement "harmonieux" d’électeurs de gauche comme de droite devrait, selon Techau, favoriser l'essor du parti.

 

 

 

Repondez à ce quizz et découvrez le parti pour lequel vous voteriez.

 

 

Sources : Bundeszentrale für Politische Bildung
 

Première publication : 25/09/2009

COMMENTAIRE(S)