Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel mobilise ses troupes à la veille du scrutin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/09/2009

Les Allemands votent, dimanche, pour renouveler le Bundestag. De retour du sommet du G20, la chancelière Angela Merkel les a appelé à voter en masse pour les conservateurs, qui perdent du terrain dans les derniers sondages.

AFP - A la veille des législatives allemandes, la chancelière Angela Merkel a appelé samedi à voter massivement pour le camp conservateur pour sortir rapidement le pays de la plus grave récession de son histoire d'Après-guerre.
  

"Il s'agit de décider comment nous allons sortir vite de la crise" économique, a affirmé la chancelière dont la reconduite à la tête du gouvernement semble acquise.
  
De retour du sommet du G20 à Pittsburgh (Etats-Unis), la chancelière intervenait devant des milliers de militants de son parti, l'Union démocrate-chrétienne (CDU), pour son dernier meeting de campagne, à Berlin.
  
Rappelant que la première puissance économique européenne attendait un recul de son Produit intérieur brut (PIB) de quelque 5% cette année, Angela Merkel a insisté sur le fait que l'Allemagne avait besoin "de stabilité" et non "de faire des expérimentations".
  
"Nous sommes le seul parti en Allemagne à mener une politique économique raisonnable et de solidarité avec les plus faibles", a-t-elle encore assuré dans un discours de trente minutes où elle n'a pas mentionné une seule fois son principal rival, le ministre social-démocrate des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.
  
"Chaque citoyen a la possibilité de travailler à cette nouvelle orientation", a souligné la chancelière appelant une nouvelle fois de ses voeux la formation d'une coalition avec les libéraux du FDP.
  
"Demain, il s'agira de donner à l'Union (démocrate-chrétienne) la force de former un nouveau gouvernement en Allemagne, dans une nouvelle constellation" avec le FDP, a-t-elle dit devant ses supporteurs réunis dans une salle de concert de l'ancien Berlin-Est. "Nous allons nous battre jusqu'au bout car chaque voix compte".
  
Mais alors que son but est d'obtenir une majorité de gouvernement avec le FDP, les derniers sondages indiquent qu'elle pourrait être obligée de reconduire sa coalition droite-gauche avec le Parti social-démocrate (SPD).
  
Ils lui accordent en effet au mieux 48% des intentions de vote à ses conservateurs CDU/CSU et au FDP, ce qui pourrait tout juste leur permettre de recueillir la moitié des sièges au Bundestag.
  
Le SPD est crédité de 26 à 27% des intentions de vote.

Première publication : 26/09/2009

COMMENTAIRE(S)