Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Economie

François Fillon prévoit un déficit public de 8,2 % du PIB en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/09/2009

Le déficit public de la France s'aggrave, affirme le Premier ministre, François Fillon, dans un entretien au Journal du dimanche. Il atteindra finalement 140 milliards d'euros en 2009, soit 8,2 % du PIB, contre 7,5 % prévu jusqu'à présent.

AFP - Le Premier ministre François Fillon revoit à la hausse le déficit public en 2009, qui atteindra 140 milliards d'euros, soit 8,2% du PIB, contre 7,5% prévu jusque-là, dans une interview au JDD à paraître dimanche.
  
"2009 avait été le budget de la relance au prix d'un déficit très lourd de l'Etat, puisqu'il atteindra 140 milliards, tous comptes publics confondus, soit 8,2% du PIB", affirme François Fillon.
  
A contrario "2010 sera le budget de la reprise", affirme le Premier ministre, qui promet une tonalité "volontariste et vert" au budget de l'année prochaine.
  
"Le budget de l'Etat n'augmentera pas en volume en 2010. Le déficit de l'Etat sera réduit de 140 milliards en 2009 à environ 115 milliards en 2010", assure encore François Fillon.
  
"Nous poursuivons la réduction des emplois publics par le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux, soit une baisse de 33.000 emplois. Le déficit de l'Etat sera réduit. Mais avec une reprise insuffisante de la croissance, les déficits sociaux vont continuer à augmenter", dit-il encore.
  
"Nous ne pourrons donc l'an prochain faire mieux que de stabiliser les déficits globaux (comptes publics et comptes sociaux). Mais en 2010, nous ferons voter une loi pluriannuelle qui planifiera une baisse de la dépense publique sur plusieurs années", promet le Premier ministre.

Première publication : 26/09/2009

COMMENTAIRE(S)