Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité : colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la Défense camerounais

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

Sports

Ouverture des sixièmes Jeux de la Francophonie à Beyrouth

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/09/2009

Placée sous le signe de "la solidarité, de la diversité et de l'excellence", la sixième édition des Jeux de la Francophonie, auxquels 44 pays participent, débutent ce dimanche au Liban. Présentation de l'événement en cinq questions.

AFP - Vingt-quatre heures après la cérémonie d'ouverture, les premières compétitions des sixièmes jeux de la Francophonie débutent lundi à Beyrouth, en même temps que le programme culturel.
     
- Quel concept ? Quelque 3000 athlètes et artistes issus de 44 délégations participent aux jeux, jusqu'au mardi 6 octobre. Les sportifs s'affrontent dans six disciplines (athlétisme, judo, Basket-ball féminin, football, boxe, tennis de table) alors que le volley-ball de plage est sport de démonstration. Les disciplines culturelles couvrent la peinture, la photographie, la sculpture, la chanson, le conte, la danse de création et la littérature. "L'idée première, c'est de rassembler la jeunesse de l'espace francophone, explique Mahaman-Lawam Sériba, directeur du Comité international des jeux (CIJF). Le concept lie le sport à la culture, tous les quatre ans, les années post-olympiques".
     
- Qui participe ? Les grandes vedettes sont absentes de Beyrouth. Les jeux attirent essentiellement des athlètes espoirs qui vivent leur première grande compétition internationale. Le tournoi de football, réservé aux moins de 20 ans, subit ainsi la concurrence frontale du Mondial de la catégorie en Egypte au même moment. Et l'attitude des clubs réticents à libérer les joueurs. "Ce sont des jeux amateurs. Il n'y a aucun argent en jeu, souligne M. Sériba. Les lauréats empochent des médailles et on essaye d'assurer leur promotion après les jeux". Les athlètes sont logés tous ensemble dans les locaux neufs de l'Université de Beyrouth.
     
- Qui paye ? Emanation de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le CIJF a délégué l'organisation à un comité national. "Le pays d'accueil finance les jeux à 50%, ou à 80% lorsqu'il s'agit d'un pays du Nord. Nous avons un budget solidaire, pour des jeux sans gigantisme, explique Mahaman-Lawan Sériba. Le budget de l'organisation nationale, qui prend notamment en compte les transports, l'hébergement, atteint 10 M EUR sur 4 ans. Le budget de fonctionnement du CIJF est inférieur à 2 M EUR sur 4 ans".
     
- Quel contexte ? Instable sur le plan politique, le Liban, durement éprouvé par la guerre civile (1975-1990) et frappé par des irruptions de violence comme en mai 2008, a l'occasion de démontrer sa capacité à organiser une grande compétition internationale (transports, hébergements, sécurité). Les sites ont été placés sous la surveillance renforcée de l'armée et de la police.
     
- Quelle équipe de France ? La délégation française compte quelque 180 personnes, dont 80 sportifs, pour la plupart espoirs, encadrés par des valeurs sûres comme la lanceuse de marteau Manuela Montebrun (3e des Mondiaux-2003 et 5e des JO-2008). "Nous n'avons pas d'objectif précis en terme de médaille. Nous voulons bien sûr faire du mieux possible, a indiqué Georges Friedrich, responsable de la délégation française. Ces jeux constituent avant tout la première grande compétition pour de jeunes espoirs. N'oublions pas que des athlètes comme David Douillet (judo) ou Karim Benzema (football) ont un jour participé aux jeux de la Francophonie".
  

Première publication : 27/09/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)