Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

Culture

La justice américaine va demander l'extradition de Polanski

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 29/09/2009

Le procureur de Los Angeles a fait savoir qu'il allait demander l'extradition de Roman Polanski. Le cinéaste, arrêté samedi en Suisse pour une affaire de mœurs vieille de 30 ans, a d'ores et déjà annoncé qu'il "refusait" l'extradition.

La justice américaine a décidé de passer à la vitesse supérieure. Le procureur de Los Angeles a annoncé, ce lundi, qu'il allait demander officiellement l'extradition vers les États-Unis de Roman Polanski, arrêté samedi dans le cadre d'une affaire de mœurs vieille de 30 ans. "Nous allons préparer une demande d'extradition, qui sera envoyée au département de la Justice et au département d'Etat, et qui suivra la voie diplomatique", a déclaré à l'AFP la porte-parole du bureau du procureur de Los Angeles, en Californie.
 
La demande devrait, d'après le bureau du procureur, être soumise dans un "délai de 40 jours". Un temps que le cinéaste devrait mettre à profit pour s'opposer à la procédure. Son avocat a fait savoir, ce lundi, que Roman Polanski "refusait" l'extradition vers les États-Unis.


 
Son arrestation, intervenu samedi alors qu'il arrivait tout juste à Zurich où il devait recevoir un prix pour l'ensemble de son œuvre au Festival du film de la ville, a suscité une forte vague de protestations. La mobilisation des amis du cinéaste, des écrivains de par le monde, et d’hommes politiques français, suisses et polonais, n’a pas pour seul effet de réconforter Roman Polanski.
 
Ils espèrent aussi faire pression sur les autorités helvétiques et américaines, pour qu’elles abandonnent toute poursuite contre le cinéaste, accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec une jeune Américaine de 13 ans, en 1977. Le cinéaste avait fui les États-Unis en janvier 1978. Le juge Paul Breckenridge avait alors refusé de rendre un verdict par contumace.
 

L'avocat français de Roman Polanski, Me Hervé Témime, a parlé au quotidien "Le Figaro" d’"un problème de prescription" pour cette affaire. "Faut-il le rappeler, la victime supposée de l'infraction s'est désistée depuis de très longues années". Samantha Geimer, aujourd’hui âgée de 45 ans, avait publiquement "pardonné" au réalisateur il y a six ans.

 

Mobilisation des politiques et des artistes

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et son homologue polonais Radoslaw Sikorski, ont écrit ensemble au secrétaire d’Etat américain, Hillary Clinton, pour demander la libération du cinéaste. "Tout ça n'est pas très joli", a déclaré lundi Bernard Kouchner sur les ondes de France Inter. Le ministre français de la Culture, Frédéric Mitterrand, a jugé "absolument épouvantable" l'arrestation du cinéaste, ajoutant que le président Nicolas Sarkozy suivait l'affaire "très attentivement".

 

Une pétition a été lancée pour exiger la "remise en liberté immédiate" du réalisateur et dénonce un "traquenard policier". Parmi les premiers signataires figurent les réalisateurs Costa-Gavras, Wong Kar-wai, Fanny Ardant, Abderrahmane Sissako, Tony Gatlif et Bertrand Tavernier. "Depuis ce matin, tous les metteurs en scène, à la Cinémathèque, à l’association des producteurs-réalisateurs, tout le monde se téléphone pour voir ce qu’on peut faire. On ne comprend pas qu’un festival aussi important que celui de Zurich, que je connais bien, invite un grand metteur en scène, et à l’arrivée, le laisse être arrêté, raconte le réalisateur Costa-Gavras. C’est inacceptable. Nous avons fait une pétition et toutes les démarches possibles et imaginables pour essayer de le sortir de ce guet-apens, parce qu’on ne peut pas l’appeler autrement."

 

Pourquoi l’arrêter maintenant ?

 

Roman Polanski se rendait régulièrement en Suisse, où, selon son avocat, il possède un chalet, dans la ville de Gstaad. Alors pour quelles raisons l’arrêter aujourd’hui ? Le parquet de Los Angeles a précisé avoir planifié l'arrestation du réalisateur la semaine dernière, après avoir eu connaissance de sa venue à Zurich pour le festival. Le parquet a alors envoyé un mandat d'arrêt. Pour la ministre suisse de la Justice, Eveline Wildmer-Schlumpf, il n'y avait "pas d'autre solution" que de l'arrêter. Et si cela n'a pas été fait avant, c'est que, jusqu’alors, les autorités helvétiques ne connaissaient pas ses voyages à l'avance, a-t-elle assuré.

 

L’année dernière, Marina Zenovich avait produit un documentaire, “Wanted and Desired”, qui retrace cette affaire, et révèle des faits troublants concernant le sérieux et l’impartialité de l’enquête judiciaire.

 

Première publication : 28/09/2009

COMMENTAIRE(S)