Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

Economie

La prime à la casse étendue à 100 000 nouveaux véhicules

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/09/2009

Le ministre du Commerce Peter Mandelson annonce que le gouvernement britannique dégagera les fonds nécessaires pour étendre le dispositif de prime à la casse à 100 000 véhicules supplémentaires.

AFP - Le gouvernement britannique dégagera les fonds nécessaires pour étendre le dispositif de prime à la casse à 100.000 véhicules supplémentaires, a annoncé lundi le ministre du Commerce Peter Mandelson.
   
"Notre dispositif de prime à la casse a si bien marché que l'argent manque", a remarqué M. Mandelson dans un discours devant le congrès annuel du parti travailliste à Brighton (sud).
   
"Alors aujourd'hui j'étends notre populaire dispositif de prime à la casse avec de l'argent frais pour 100.000 voitures et camionnettes supplémentaires", a-t-il annoncé, sous les ovations du public.
   
L'extension du dispositif sera un grand motif de soulagement pour les constructeurs automobiles.
   
Lancée en mai, la prime à la casse devait expirer lorsque la somme initiale que l'Etat avait prévu d'y consacrer (300 millions de livres au total, soit de quoi financer 300.000 primes) aurait été épuisée.
   
Or cette échéance risquait d'être atteinte rapidement: début août, le gouvernement avait indiqué que plus de 150.000 personnes avaient déjà bénéficié de la prime, qui s'élève à 2.000 livres (environ 2.200 euros) par véhicule mis au rebut, et est financée pour moitié par les constructeurs.
   
Cette perspective avait suscité au sein de l'industrie automobile des appels pressants en faveur d'une prolongation du programme, alors que la production de voitures au Royaume-Uni, qui avait commencé à se rétablir, a vu sa chute à nouveau s'aggraver en août : elle s'est repliée de 31,5% sur un an, contre une baisse de 17,9% en juillet, selon des chiffres publiés vendredi.

 

 

Première publication : 28/09/2009

COMMENTAIRE(S)