Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

89ème cérémonie des Oscars : le gotha du cinéma mondial à l'honneur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis - Donald Trump : premier discours devant le Congrès

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Emmanuel Macron utilise un vocabulaire émotionnel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : des milliers de déplacés fuyant Boko Haram menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre l’organisation EI : où en sont les offensives ?

En savoir plus

Amériques

Roman Polanski réclame sa remise en liberté

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/12/2009

Peu de temps après avoir appris que la justice américaine demandait officiellement son extradition, le cinéaste franco-polonais Roman Polanski a déposé un recours contre son arrestation auprès des autorités suisses.

AFP - Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, détenu depuis samedi en Suisse, a demandé mardi sa remise en liberté et déposé un recours contre son arrestation en vue d'une extradition aux Etats-Unis, ont annoncé son avocat et la justice suisse.  
   
L'avocat français du cinéaste, Me Hervé Temime, a déclaré à l'AFP avoir remis mardi "un recours contre la notification du mandat d'arrêt international" auprès du tribunal de Bellinzona, une des plus hautes instances judiciaires suisses, et de l'Office fédéral de Berne.
   
"Nous demandons donc sa mise en liberté, éventuellement sous conditions. Il n'y a pas de délai légal pour cette décision, mais nous espérons qu'elle interviendra au plus vite", a ajouté l'avocat.

   
La justice helvétique a de son côté annoncé avoir reçu mardi un recours de Roman Polanski contre son arrestation en vue d'une extradition, mais sans faire mention d'une demande de remise en liberté.
   
Le Tribunal fédéral pénal de Bellinzona (sud de la Suisse) "confirme avoir reçu ce jour une plainte de Roman Polanski contre le mandat d'arrêt aux fins d'extradition délivré par l'Office fédéral (ministère) de la Justice", selon un communiqué de ce tribunal.
   
"Une décision sera rendue au cours de ces prochaines semaines, à l'issue des échanges d'écritures", a ajouté le tribunal sans plus de détail.
   
Roman Polanski, arrêté samedi à sa descente d'avion à Zurich sur mandat américain alors qu'il se rendait au Festival du film de la ville, avait fait savoir lundi par son avocat qu'il refuserait une extradition vers les Etats-Unis.
   
Le cinéaste, âgé de 76 ans, Oscar du meilleur réalisateur (2003) et Palme d'Or à Cannes (2002) pour "Le Pianiste", est recherché par la justice américaine après une procédure ouverte en 1977 pour des "relations sexuelles illégales" avec une adolescente de 13 ans.
   
Celle-ci, Samantha Geimer, aujourd'hui une mère de famille de 45 ans, a elle-même demandé en janvier dernier l'abandon des poursuites.
   
En vertu d'un traité entre les deux pays, les Etats-Unis disposent de 40 jours pour présenter à la Suisse une demande d'extradition officielle, délai qui peut être prolongé de 20 jours. Mais M. Polanski peut faire appel de toutes les phases de la procédure.
   
Le bureau du procureur de Los Angeles (Californie, ouest des Etats-Unis) a confirmé lundi qu'il allait demander l'extradition du cinéaste.
   
"Nous allons préparer une demande d'extradition, qui sera envoyée au Département de la Justice et au Département d'Etat et qui suivra la voie diplomatique", a déclaré à l'AFP Sandi Gibbons, porte-parole du bureau du procureur.
   
Cette arrestation, pour des faits remontant à plus de 30 ans, a provoqué l'indignation à Paris et en Pologne, ainsi que celle de nombreux artistes dans le monde, qui ont dénoncé dans une pétition un "traquenard policier".

Première publication : 29/09/2009

COMMENTAIRE(S)