Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

SCIENCES

Une adolescente décède après avoir reçu un vaccin contre le cancer

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/09/2009

Une collégienne britannique de 14 ans est morte lundi peu après avoir reçu un vaccin des laboratoires GlaxoSmithKline censé prévenir contre le cancer du col de l'utérus. Une enquête "urgente et complète" a été ouverte.

AFP - Les autorités sanitaires britanniques ont lancé une enquête après le décès lundi au Royaume-Uni d'une collégienne de 14 ans peu après l'administration d'un vaccin contre le cancer du col de l'utérus.

"L'incident s'est produit peu après que la jeune fille eut reçu son vaccin HPV à l'école", a expliqué le docteur Caron Grainger, directrice à l'antenne du NHS (sécurité sociale britannique) de Coventry, dans le centre de l'Angleterre.

"Aucun lien ne peut être effectué entre le décès et le vaccin jusqu'à ce que tous les faits soient connus et qu'une autopsie ait été réalisée", a-t-elle ajouté, précisant que par "mesure de précaution" le lot dont était issu le vaccin administré à Natalie Morton avait été "mis en quarantaine".

"Nous menons une enquête urgente et complète sur les événements entourant cette tragédie", a-t-elle poursuivi.

L'autopsie devait être conduite mardi.

Le vaccin HPV protège contre deux souches du papillomavirus humains --virus responsable des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes-- à l'origine de plus de 70% des cas de cancers du col de l'utérus.

L'adolescente est décédée lundi dans un hôpital de Coventry peu après une injection du vaccin HPV1 Cervavix --élaboré par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK)-- dans le cadre d'un programme national de vaccination au cours duquel plus de 1,4 million de doses ont déjà été administrées.

Le docteur Julie Roberts, directrice de l'école Blue Coat Church of England, a expliqué dans une lettre aux parents qu'un "incident malheureux s'est produit (...) et l'une des jeunes filles a souffert d'une réaction au vaccin rare, mais aiguë".

D'autres jeunes filles ont également été renvoyées chez elles après avoir souffert de vertiges et de nausées.

Le laboratoire GSK a indiqué que "jusqu'à présent, la grande majorité des réactions présumées signalées à la MHRA (agence du médicament, ndlr) en relation avec le vaccin Cervarix soit étaient des maux et symptômes décrits dans la liste des effets secondaires de la notice d'information, soit étaient dues au processus d'injection et pas au vaccin lui-même".

Première publication : 29/09/2009

COMMENTAIRE(S)