Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Amériques

L'ex-président Fujimori condamné à six ans de prison pour corruption

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

L'ancien président du Pérou Alberto Fujimori a été condamné, ce mercredi, à six ans de prison pour corruption et écoutes illégales. Il avait déjà été condamné à 25 ans pour violations des droits de l'Homme au mois d'avril.

AFP - L'ancien président du Pérou Alberto Fujimori, déjà condamné à 25 ans de prison pour violations des droits de l'Homme, a été condamné mercredi à six ans pour corruption et écoutes illégales, épilogue de deux ans de procès sur les dérives autocratiques de sa présidence de 1990 à 2000.
  
Fujimori, 71 ans, a été condamné pour avoir acheté des députés d'opposition pour s'assurer une majorité, des médias pour avoir une couverture favorable, et pour atteinte aux libertés par la mise sur écoutes téléphoniques d'opposants, journalistes, hommes d'affaires, sans oublier son épouse d'alors.
  
L'ancien chef de l'Etat a été condamné à verser 24 millions de soles (8 millions de dollars) de dédommagements à l'Etat, et 3 million de soles (1 million USD) aux victimes.
  
Fujimori a aussitôt fait appel de la sentence à l'issue du court procès de trois jours, le quatrième et dernier sur ses années de présidence.
  
Au terme du plus long, qui dura 16 mois, il avait été condamné à 25 ans de prison en avril pour massacres de civils en 1991 et 1992 perpétrés par des "escadrons de le mort" dans le cadre de la répression contre la guérilla du Sentier lumineux.
  
A deux autres procès distincts, en 2007 et juillet dernier, il a été condamné à des peines de 6 ans pour abus de pouvoir et 7 ans et demi pour corruption.
  
Fujimori est détenu depuis son extradition en 2007 du Chili, après sept ans passés réfugié au Japon, dont il possède la nationalité.
  
Lundi, au premier jour d'audience, il avait admis sa culpablité afin d'écourter le procès. Selon ses partisans, car il considère que sa condamnation "politique" était jouée d'avance. Selon ses adversaires, pour éviter qu'un inventaire détaillé des méthodes de sa présidence ne nuise aux chances de sa fille, la député Keiko, 34 ans, à la présidentielle de 2011.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)