Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

Amériques

L'ex-président Fujimori condamné à six ans de prison pour corruption

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

L'ancien président du Pérou Alberto Fujimori a été condamné, ce mercredi, à six ans de prison pour corruption et écoutes illégales. Il avait déjà été condamné à 25 ans pour violations des droits de l'Homme au mois d'avril.

AFP - L'ancien président du Pérou Alberto Fujimori, déjà condamné à 25 ans de prison pour violations des droits de l'Homme, a été condamné mercredi à six ans pour corruption et écoutes illégales, épilogue de deux ans de procès sur les dérives autocratiques de sa présidence de 1990 à 2000.
  
Fujimori, 71 ans, a été condamné pour avoir acheté des députés d'opposition pour s'assurer une majorité, des médias pour avoir une couverture favorable, et pour atteinte aux libertés par la mise sur écoutes téléphoniques d'opposants, journalistes, hommes d'affaires, sans oublier son épouse d'alors.
  
L'ancien chef de l'Etat a été condamné à verser 24 millions de soles (8 millions de dollars) de dédommagements à l'Etat, et 3 million de soles (1 million USD) aux victimes.
  
Fujimori a aussitôt fait appel de la sentence à l'issue du court procès de trois jours, le quatrième et dernier sur ses années de présidence.
  
Au terme du plus long, qui dura 16 mois, il avait été condamné à 25 ans de prison en avril pour massacres de civils en 1991 et 1992 perpétrés par des "escadrons de le mort" dans le cadre de la répression contre la guérilla du Sentier lumineux.
  
A deux autres procès distincts, en 2007 et juillet dernier, il a été condamné à des peines de 6 ans pour abus de pouvoir et 7 ans et demi pour corruption.
  
Fujimori est détenu depuis son extradition en 2007 du Chili, après sept ans passés réfugié au Japon, dont il possède la nationalité.
  
Lundi, au premier jour d'audience, il avait admis sa culpablité afin d'écourter le procès. Selon ses partisans, car il considère que sa condamnation "politique" était jouée d'avance. Selon ses adversaires, pour éviter qu'un inventaire détaillé des méthodes de sa présidence ne nuise aux chances de sa fille, la député Keiko, 34 ans, à la présidentielle de 2011.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)