Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

Amériques

L'ex-président Fujimori condamné à six ans de prison pour corruption

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

L'ancien président du Pérou Alberto Fujimori a été condamné, ce mercredi, à six ans de prison pour corruption et écoutes illégales. Il avait déjà été condamné à 25 ans pour violations des droits de l'Homme au mois d'avril.

AFP - L'ancien président du Pérou Alberto Fujimori, déjà condamné à 25 ans de prison pour violations des droits de l'Homme, a été condamné mercredi à six ans pour corruption et écoutes illégales, épilogue de deux ans de procès sur les dérives autocratiques de sa présidence de 1990 à 2000.
  
Fujimori, 71 ans, a été condamné pour avoir acheté des députés d'opposition pour s'assurer une majorité, des médias pour avoir une couverture favorable, et pour atteinte aux libertés par la mise sur écoutes téléphoniques d'opposants, journalistes, hommes d'affaires, sans oublier son épouse d'alors.
  
L'ancien chef de l'Etat a été condamné à verser 24 millions de soles (8 millions de dollars) de dédommagements à l'Etat, et 3 million de soles (1 million USD) aux victimes.
  
Fujimori a aussitôt fait appel de la sentence à l'issue du court procès de trois jours, le quatrième et dernier sur ses années de présidence.
  
Au terme du plus long, qui dura 16 mois, il avait été condamné à 25 ans de prison en avril pour massacres de civils en 1991 et 1992 perpétrés par des "escadrons de le mort" dans le cadre de la répression contre la guérilla du Sentier lumineux.
  
A deux autres procès distincts, en 2007 et juillet dernier, il a été condamné à des peines de 6 ans pour abus de pouvoir et 7 ans et demi pour corruption.
  
Fujimori est détenu depuis son extradition en 2007 du Chili, après sept ans passés réfugié au Japon, dont il possède la nationalité.
  
Lundi, au premier jour d'audience, il avait admis sa culpablité afin d'écourter le procès. Selon ses partisans, car il considère que sa condamnation "politique" était jouée d'avance. Selon ses adversaires, pour éviter qu'un inventaire détaillé des méthodes de sa présidence ne nuise aux chances de sa fille, la député Keiko, 34 ans, à la présidentielle de 2011.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)