Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

SCIENCES

Aux États-Unis, Microsoft gagne en appel face à Uniloc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

Un juge américain a annulé en appel, ce mercredi, une décision de justice qui condamnait l'éditeur de logiciels Microsoft à verser 388 millions de dollars à son concurrent Uniloc qui l'accusait d'utiliser illégalement l'un de ses brevets.

AFP - Un juge américain a annulé mercredi en appel une décision de justice remontant au mois d'avril, qui condamnait Microsoft à verser 388 millions de dollars à son concurrent Uniloc, pour violation de brevet sur un dispositif anti-piratage.

 

Un juge fédéral du Rhode Island (Nord-Est des Etats-Unis) a estimé que le jury était parvenu à de mauvaises conclusions, et que les dommages et intérêts étaient fondés sur des arguments trompeurs.

 

"Pour beaucoup de raisons il y a de graves erreurs dans ce verdict", a fait valoir le juge William Smith dans une décision de 66 pages.

 

Uniloc est une société spécialisée dans la sécurité informatique, qui avait porté plainte contre Microsoft dès 2003, l'accusant d'avoir délibérément et illégalement exploité un brevet de ses brevets.

 

Le dispositif au centre de l'affaire est logé dans le système d'activation du système d'exploitation Windows et des logiciels Office qui constituent le coeur de l'activité de Microsoft.

 

Une prmière procédure avait été favorable à Microsoft, mais Uniloc avait convaincu l'été dernier une cour d'appel fédérale qu'elle était indûment fondée sur les conclusions d'un expert, doctorant en informatique.

 
Selon. Uniloc, Microsoft avait reconnu utiliser un algorithme similaire au sien.
 
L'action Microsoft gagnait 0,86% à 25,95 dollars vers 18h50 GMT à la Bourse de New York.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)