Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Produits chimiques : la nouvelle réglementation européenne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

SCIENCES

Aux États-Unis, Microsoft gagne en appel face à Uniloc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

Un juge américain a annulé en appel, ce mercredi, une décision de justice qui condamnait l'éditeur de logiciels Microsoft à verser 388 millions de dollars à son concurrent Uniloc qui l'accusait d'utiliser illégalement l'un de ses brevets.

AFP - Un juge américain a annulé mercredi en appel une décision de justice remontant au mois d'avril, qui condamnait Microsoft à verser 388 millions de dollars à son concurrent Uniloc, pour violation de brevet sur un dispositif anti-piratage.

 

Un juge fédéral du Rhode Island (Nord-Est des Etats-Unis) a estimé que le jury était parvenu à de mauvaises conclusions, et que les dommages et intérêts étaient fondés sur des arguments trompeurs.

 

"Pour beaucoup de raisons il y a de graves erreurs dans ce verdict", a fait valoir le juge William Smith dans une décision de 66 pages.

 

Uniloc est une société spécialisée dans la sécurité informatique, qui avait porté plainte contre Microsoft dès 2003, l'accusant d'avoir délibérément et illégalement exploité un brevet de ses brevets.

 

Le dispositif au centre de l'affaire est logé dans le système d'activation du système d'exploitation Windows et des logiciels Office qui constituent le coeur de l'activité de Microsoft.

 

Une prmière procédure avait été favorable à Microsoft, mais Uniloc avait convaincu l'été dernier une cour d'appel fédérale qu'elle était indûment fondée sur les conclusions d'un expert, doctorant en informatique.

 
Selon. Uniloc, Microsoft avait reconnu utiliser un algorithme similaire au sien.
 
L'action Microsoft gagnait 0,86% à 25,95 dollars vers 18h50 GMT à la Bourse de New York.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)