Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

SCIENCES

Aux États-Unis, Microsoft gagne en appel face à Uniloc

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

Un juge américain a annulé en appel, ce mercredi, une décision de justice qui condamnait l'éditeur de logiciels Microsoft à verser 388 millions de dollars à son concurrent Uniloc qui l'accusait d'utiliser illégalement l'un de ses brevets.

AFP - Un juge américain a annulé mercredi en appel une décision de justice remontant au mois d'avril, qui condamnait Microsoft à verser 388 millions de dollars à son concurrent Uniloc, pour violation de brevet sur un dispositif anti-piratage.

 

Un juge fédéral du Rhode Island (Nord-Est des Etats-Unis) a estimé que le jury était parvenu à de mauvaises conclusions, et que les dommages et intérêts étaient fondés sur des arguments trompeurs.

 

"Pour beaucoup de raisons il y a de graves erreurs dans ce verdict", a fait valoir le juge William Smith dans une décision de 66 pages.

 

Uniloc est une société spécialisée dans la sécurité informatique, qui avait porté plainte contre Microsoft dès 2003, l'accusant d'avoir délibérément et illégalement exploité un brevet de ses brevets.

 

Le dispositif au centre de l'affaire est logé dans le système d'activation du système d'exploitation Windows et des logiciels Office qui constituent le coeur de l'activité de Microsoft.

 

Une prmière procédure avait été favorable à Microsoft, mais Uniloc avait convaincu l'été dernier une cour d'appel fédérale qu'elle était indûment fondée sur les conclusions d'un expert, doctorant en informatique.

 
Selon. Uniloc, Microsoft avait reconnu utiliser un algorithme similaire au sien.
 
L'action Microsoft gagnait 0,86% à 25,95 dollars vers 18h50 GMT à la Bourse de New York.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)