Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

La Géorgie responsable du conflit avec la Russie en 2008, selon l'UE

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

Le rapport d'enquête demandée par l'Union européenne sur la guerre entre la Russie et la Géorgie en août 2008 conclut que c'est Tbilissi qui a déclenché le conflit mais que Moscou a violé le droit international en envahissant la Géorgie.

AFP - Un rapport d'enquête commandé par l'UE a rendu mercredi Tbilissi responsable du déclenchement de la guerre russo-géorgienne d'août 2008, dans un camouflet au président Saakachvili, mais a aussi accusé Moscou d'une réaction disproportionnée et de "nettoyage ethnique".
  
Depuis la guerre éclair du 7 au 12 août l'an dernier, achevée par une défaite cuisante de la Géorgie et l'indépendance auto-proclamée de ses deux régions séparatistes - l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud -, chaque camp se renvoie la balle.
  
Par souci d'apaisement, l'Union européenne avait chargé un groupe d'experts et de diplomates travaillant sous la direction d'une diplomate suisse chevronnée, Heidi Tagliavini, de rendre un rapport sur les origines du conflit. Ses conclusions ont été présentées mercredi.
  
La première d'entre elle est une mauvaise nouvelle pour la Géorgie. Ce sont ses forces armées qui, selon le rapport, ont déclenché le conflit par de violents tirs d'artillerie pour le contrôle de l'Ossétie du Sud, dans la nuit du 7 au 8 août, sans incursion préalable des forces armées russes.
  
Le rapport tord ainsi le cou à la thèse défendue jusqu'ici bec et ongles par le président géorgien Mikheïl Saakachvili, qui a présenté son offensive comme un acte de légitime défense.
  
"La commission (d'enquête) n'est pas en mesure de considérer comme suffisamment étayée l'affirmation géorgienne au sujet d'une offensive militaire russe de grande ampleur en Ossétie du Sud avant le 8 août 2008", indique le rapport.
  
"Du point de vue de la commission, c'est la Géorgie qui a déclenché la guerre en attaquant Tskhinvali" dans la nuit du 7 au 8 août 2008, a renchéri dans un communiqué Heidi Tagliavini. Pour elle, "aucune des explications données par les autorités géorgiennes pour avancer une forme de justification légale à leur attaque n'a été validée".
  
Pour autant, la Russie ne sort nullement exonérée de l'enquête.
  
Le rapport reproche à Moscou d'avoir d'abord fait monter la tension avant le conflit dans la région par une série de "provocations", comme la distribution de passeports russes aux populations des deux provinces géorgiennes séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.
  
Surtout, il juge la contre-offensive russe, et l'invasion de la Géorgie, non seulement disproportionnée mais "contraire à la Charte des Nations Unies et aux normes fondamentales du droit international".
  
La présidente de la commission d'enquête a aussi parlé d'"indications sérieuses" montrant que des Géorgiens de souche ont été durant la guerre victimes de "nettoyage ethnique" dans leurs villages en Ossétie du Sud, avec l'aval tacite des forces armées russes.
  
Sans surprise, tant la Géorgie que la Russie ont dit mercredi se sentir confortées par les conclusions du rapport, chacun se concentrant sur les éléments en sa faveur.
  
"C'est la Géorgie qui a été victime d'une invasion de la part d'un autre pays (la Russie, ndlr) en violation du droit international", a déclaré l'ambassadrice géorgienne auprès de l'UE, Salomé Samadachvili.
  
Le rapport "confirme sans équivoque que celle qui a déclenché la guerre c'est la Géorgie", lui a rétorqué l'ambassadeur russe, Vladimir Tchijov.
  
De fait, le rapport apparaît surtout embarrassant pour Tbilissi, qui se pose depuis l'an dernier en victime.
  
Son constat est susceptible d'affaiblir un peu plus la position de Mikheïl Saakachvili, contesté dans son propre pays, et de donner du grain à moudre à la Russie pour tenter de justifier un peu plus l'indépendance auto-proclamée des deux provinces géorgiennes rebelles désormais dans son giron.
  
Elles n'ont été à ce jour reconnues que par trois pays: la Russie, le Nicaragua et le Venezuela.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)