Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

EUROPE

La Géorgie responsable du conflit avec la Russie en 2008, selon l'UE

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/09/2009

Le rapport d'enquête demandée par l'Union européenne sur la guerre entre la Russie et la Géorgie en août 2008 conclut que c'est Tbilissi qui a déclenché le conflit mais que Moscou a violé le droit international en envahissant la Géorgie.

AFP - Un rapport d'enquête commandé par l'UE a rendu mercredi Tbilissi responsable du déclenchement de la guerre russo-géorgienne d'août 2008, dans un camouflet au président Saakachvili, mais a aussi accusé Moscou d'une réaction disproportionnée et de "nettoyage ethnique".
  
Depuis la guerre éclair du 7 au 12 août l'an dernier, achevée par une défaite cuisante de la Géorgie et l'indépendance auto-proclamée de ses deux régions séparatistes - l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud -, chaque camp se renvoie la balle.
  
Par souci d'apaisement, l'Union européenne avait chargé un groupe d'experts et de diplomates travaillant sous la direction d'une diplomate suisse chevronnée, Heidi Tagliavini, de rendre un rapport sur les origines du conflit. Ses conclusions ont été présentées mercredi.
  
La première d'entre elle est une mauvaise nouvelle pour la Géorgie. Ce sont ses forces armées qui, selon le rapport, ont déclenché le conflit par de violents tirs d'artillerie pour le contrôle de l'Ossétie du Sud, dans la nuit du 7 au 8 août, sans incursion préalable des forces armées russes.
  
Le rapport tord ainsi le cou à la thèse défendue jusqu'ici bec et ongles par le président géorgien Mikheïl Saakachvili, qui a présenté son offensive comme un acte de légitime défense.
  
"La commission (d'enquête) n'est pas en mesure de considérer comme suffisamment étayée l'affirmation géorgienne au sujet d'une offensive militaire russe de grande ampleur en Ossétie du Sud avant le 8 août 2008", indique le rapport.
  
"Du point de vue de la commission, c'est la Géorgie qui a déclenché la guerre en attaquant Tskhinvali" dans la nuit du 7 au 8 août 2008, a renchéri dans un communiqué Heidi Tagliavini. Pour elle, "aucune des explications données par les autorités géorgiennes pour avancer une forme de justification légale à leur attaque n'a été validée".
  
Pour autant, la Russie ne sort nullement exonérée de l'enquête.
  
Le rapport reproche à Moscou d'avoir d'abord fait monter la tension avant le conflit dans la région par une série de "provocations", comme la distribution de passeports russes aux populations des deux provinces géorgiennes séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.
  
Surtout, il juge la contre-offensive russe, et l'invasion de la Géorgie, non seulement disproportionnée mais "contraire à la Charte des Nations Unies et aux normes fondamentales du droit international".
  
La présidente de la commission d'enquête a aussi parlé d'"indications sérieuses" montrant que des Géorgiens de souche ont été durant la guerre victimes de "nettoyage ethnique" dans leurs villages en Ossétie du Sud, avec l'aval tacite des forces armées russes.
  
Sans surprise, tant la Géorgie que la Russie ont dit mercredi se sentir confortées par les conclusions du rapport, chacun se concentrant sur les éléments en sa faveur.
  
"C'est la Géorgie qui a été victime d'une invasion de la part d'un autre pays (la Russie, ndlr) en violation du droit international", a déclaré l'ambassadrice géorgienne auprès de l'UE, Salomé Samadachvili.
  
Le rapport "confirme sans équivoque que celle qui a déclenché la guerre c'est la Géorgie", lui a rétorqué l'ambassadeur russe, Vladimir Tchijov.
  
De fait, le rapport apparaît surtout embarrassant pour Tbilissi, qui se pose depuis l'an dernier en victime.
  
Son constat est susceptible d'affaiblir un peu plus la position de Mikheïl Saakachvili, contesté dans son propre pays, et de donner du grain à moudre à la Russie pour tenter de justifier un peu plus l'indépendance auto-proclamée des deux provinces géorgiennes rebelles désormais dans son giron.
  
Elles n'ont été à ce jour reconnues que par trois pays: la Russie, le Nicaragua et le Venezuela.

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)