Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : Cameron promet des pouvoirs élargis à l'Écosse

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

EUROPE

Guerre des arguments avant le vote sur le traité de Lisbonne

Texte par Euny HONG

Dernière modification : 01/10/2009

Après avoir rejeté le traité de Lisbonne en juin 2008, les Irlandais sont invités à se prononcer une nouvelle fois sur le texte le 2 octobre. À quelques jours du scrutin, deux électeurs du "Tigre celtique" nous livrent leur point de vue.

C’est un dilemme auquel les Irlandais ont déjà été confrontés : ratifier ou ne pas ratifier le traité de Lisbonne ? En juin 2008, lors d’un premier référendum, 53,4 % des votants avaient rejeté le texte. Quinze mois plus tard, les électeurs du "Tigre celtique" sont de nouveaux invités à se rendre aux urnes, le 2 octobre prochain.

 

Le texte proposé aux Irlandais en juin 2008 propose certes de nouvelles garanties destinées à apaiser les craintes, mais les "nonistes" ont la désagréable impression de devoir répondre une seconde fois à la même question. Et la plupart des gouvernements européens jettent un regard inquiet vers ce nouveau référendum irlandais, redoutant plus que tout un nouveau rejet, synonyme de nouvelle crise dans la construction de l’Union à 27.

 

Le controversé traité de Lisbonne doit, pour entrer en vigueur, être ratifié par chacun des 27 membres. Ce qui explique pourquoi Bruxelles s’est attaché à faire davantage de concessions à l’Irlande depuis le rejet de juin 2008.

 

Les partenaires européens de Dublin ont ainsi lâché du lest sur l’interdiction de l’avortement, la neutralité militaire, le faible taux d’imposition, tout en garantissant que l’Irlande continuera à disposer d’un commissaire européen propre.

 

Pour préciser les enjeux du référendum irlandais de vendredi, FRANCE 24 a interrogé deux électeurs irlandais, l’un favorable à la ratification du traité et l’autre "noniste".

 

"Rien n’a changé"

 

Kevin Foley, expert-comptable installé au Luxembourg depuis deux mois, explique qu’il n’est pas particulièrement surpris par les aménagements apportés au traité pour satisfaire les électeurs irlandais. "Rien n’a changé dit-il. Le traité n’a subi aucune modification en profondeur. Si c’était le cas, le reste des pays de l’Union l’aurait ratifié aussi." Ces aménagements, selon Kevin, sont purement cosmétiques et hors de propos. Les véritables problèmes, poursuit-il, résident dans l’essence de ce traité et non dans les amendements que Bruxelles a accepté de négocier.

 

Pour Kevin, le traité de Lisbonne compromet la souveraineté nationale – de tous les pays européens, pas seulement de l’Irlande. "Il offre trop de pouvoirs au Parlement européen", un problème "qui affectera les autres pays de l’UE de la même manière que l’Irlande."

 

Qu’on ne s’y trompe pas, Kevin Foley est un fervent partisan de l’intégration irlandaise dans l’Europe des 27. Mais, d’après lui, le texte de Lisbonne comporte de sérieux défauts, notamment celui de perdre de vue les racines économiques de l’Europe. "Nous ne sommes pas censés nous transformer en Etats unis d’Europe, explique Kevin. Les bureaucrates de Bruxelles, qui d’ailleurs ne sont même pas élus, disposeraient de trop de pouvoirs."

 

Pour de nombreux experts, la crise financière devrait peser dans la balance et avantager le "oui" lors du référendum. Mais Kevin balaye l’argument, car selon lui "l’UE utilise la faiblesse de l’économie irlandaise comme excuse. Ils nous disent : ‘vous avez voté non, voilà pourquoi votre économie se casse la figure’."

 

Pour le "noniste" Foley, le référendum pose aussi le problème du gouvernement irlandais, “qui est faible et ne se dressera pas contre l’UE”. Pessimiste, il confie que "malheureusement, il y aura sûrement plus de partisans du ‘’oui’’ car le lavage de cerveau [sur la crise économique] a bien fonctionné."

 

"Rien ne devrait plus barrer la route au ‘oui’"

 

Conor Healy, directeur général de la Chambre de commerce de Cork (sud de l’Irlande), se situe plutôt, lui, dans le camp des pro-traité. "Je n’ai pas entendu un seul argument logique ou cohérent de la part des partisans du ‘non’. Toutes les questions soulevées lors du premier référendum ont trouvé des réponses."

 

L’une d’elles concernait la désignation des commissaires européens. Le traité de Lisbonne rejeté par l’Irlande en juin 2008 prévoyait une rotation des membres de la Commission, plafonnés à 18 dans une Union à 27. "Ce qui signifie que l’Irlande aurait été privée de commissaire pendant cinq années, poursuit Declan. Mais puisque ce principe de la rotation a été amendé, rien ne devrait plus barrer la route au ‘oui’."

 

La Chambre de commerce de Cork, destinée à soutenir les entreprises locales, a officiellement pris position pour la ratification du traité. Une position plutôt courageuse sur un sujet aussi controversé, estime Declan. "L’Irlande est une petite économie, très dépendante des marchés internationaux et des exportations vers l’UE. Nous dépendons aussi des investissements réalisés chez nous." Et l’une des raisons pour lesquelles des investisseurs comme les Etats-Unis se tournent vers l’Irlande, selon Declan, c’est son appartenance à l’Union européenne.

 

La formidable croissance irlandaise ces dernières années a donné au pays le surnom de "Tigre celtique". Un succès largement dû aux partenaires européens, fait remarquer Declan. "Nous en avons énormément bénéficié pendant les 30 dernières années. Voilà pourquoi nous devons être de plus en plus impliqués." "Le ‘Tigre celtique’, c’était bon dans les 10 ou 12 dernières années. Tout le monde sait que les 12 derniers mois ont été désastreux pour nous. Nous devons relancer la machine."

 

Première publication : 30/09/2009

COMMENTAIRE(S)