Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Amériques

L'ex-président Carlos Menem inculpé pour entrave à la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2009

Carlos Menem, qui a présidé l'Argentine entre 1989 et 1999, a été inculpé pour entrave à la justice dans l'enquête sur l'attentat de la Mutuelle juive argentine (Amia) survenu en juillet 1994. Il avait provoqué la mort de 85 personnes.

AFP - L'ancien président argentin Carlos Menem (1989-1999) a été inculpé pour avoir entravé l'enquête sur l'attentat contre la mutuelle juive argentine (AMIA), qui avait fait 85 morts et 300 blessés en juillet 1994 à Buenos Aires, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
  
Le juge fédéral Ariel Lijo a décidé de poursuivre M. Menem dans le cadre de son investigation sur les irrégularités commises durant la première enquête officielle ouverte après l'attentat, resté impuni jusqu'ici.
  
Il a également inculpé le frère de l'ancien président, Munir Menem, l'ex-chef des services de renseignement (SIDE), Hugo Anzorregui, et l'ancien juge Juan José Galeano, à qui le dossier avait été retiré après 10 ans d'enquête en 2004 en raison des irrégularités constatées.
  
Le président argentin Nestor Kirchner avait pour la première fois reconnu en 2005 la "responsabilité de l'Etat" dans les carences de l'enquête, qui n'a jamais mené à la moindre condamnation.
  
L'Argentine recherche six personnes, cinq Iraniens et un Libanais, qu'elle soupçonne d'implication dans l'attentat contre l'AMIA. Des avis de recherche internationaux ont été émis contre ces personnes.

Première publication : 01/10/2009

COMMENTAIRE(S)