Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

Economie

General Motors abandonne sa marque Saturn

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2009

Faute d'être parvenu à un accord de reprise avec le deuxième distributeur de voitures aux États-Unis, Penske Automotive Group, le constructeur automobile américain General Motors a annoncé l'abandon de sa marque Saturn.

AFP - Le constructeur automobile américain General Motors a annoncé mercredi l'abandon de sa marque Saturn, après l'échec des discussions pour une reprise par Penske Automotive Group, deuxième distributeur de voitures aux Etats-Unis.

"En raison de la décision de Penske, nous allons abandonner la marque Saturn et son réseau de concessionnaires", a annoncé le directeur général de GM, Fritz Henderson, dans un communiqué, regrettant de devoir annoncer "une nouvelle décevante alors que nous espérions relancer la marque Saturn".

Penske et General Motors avaient annoncé le 5 juin la vente prochaine de la marque Saturn, installée sur le créneau des voitures de gamme moyenne peu gourmandes en carburant, ce qui devait sauver 350 concessionnaires et 13.000 emplois aux Etats-Unis, selon GM.

Depuis lors, a expliqué Penske mercredi, le distributeur s'est rendu compte qu'il ne lui serait pas possible d'assurer la sortie de nouveaux modèles au-delà des trois modèles promis par GM en juin, faute d'accord avec un autre constructeur.

Cette cession avait été annoncée à l'origine quatre jours après le dépôt de bilan de General Motors, qui depuis lors a été relancé grâce à une importante prise de participation gouvernementale.

Première publication : 01/10/2009

COMMENTAIRE(S)