Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

EUROPE

Les Irlandais à nouveau appelés à se prononcer sur le texte

Texte par Euny HONG

Dernière modification : 01/10/2009

Les Irlandais, qui ont rejeté une première fois le traité de Lisbonne le 12 juin 2008, sont de nouveau consultés sur le texte, ce vendredi. Espérant éviter une nouvelle crise, les pays membres de l'Union européenne serrent les dents...

L’Irlande reste le seul pays de l’Union européenne (UE) dont la Constitution l'oblige à faire adopter le traité de Lisbonne par référendum - un traité déjà ratifié par 24 des 27 membres de l'UE. Ce vote crucial a commencé jeudi 1er octobre dans cinq îles irlandaises de l’Atlantique et dans huit autres îlots des comtés de Mayo et Galway (nord-ouest du pays), pour éviter tout contre-temps dans le recomptage des bulletins.


Qu’adviendra t-il si les Irlandais retoquent le texte une nouvelle fois ?

  

Pas de troisième chance

 

Pour Peadar O’Broin, chercheur à l’Institut international des affaires étrangères et européennes basé à Dublin, l'avenir du texte se joue vendredi : "Si l’Irlande vote ‘non’, c’est l’arrêt de mort du traité de Lisbonne. Il n’y aura pas de troisième référendum."

 

Ce scrutin est le deuxième du genre en Irlande. Le pays a déjà rejeté le traité de Lisbonne le 12 juin 2008, par 53 % des voix. Les raisons de ce "non" étaient variées, la principale étant la peur de voir la souveraineté nationale irlandaise menacée.

  

Une Europe en blocs ?

 

Un nouveau "non" pourrait avoir de dangereuses conséquences, selon O’Broin. "Certes, l’UE ne va pas se dissoudre en une nuit. Vous aurez toujours l'euro et des réunions du Conseil européen", affirme celui-ci, avant d'expliquer que le danger se présentera à plus long terme.

 

D’abord, la Pologne et la République tchèque se disent prêtes à rejeter le traité si l’Irlande vote "non". Ces deux pays considèrent que le traité de Lisbonne n’est "qu'un moyen de harceler les petits pays membres" de l'UE, poursuit l'analyste irlandais. Qui ajoute : "De plus, leurs deux présidents sont eurosceptiques."

  

O’Broin va jusqu’à envisager, dans un futur proche, une Europe dans laquelle les institutions de l’Union perdraient leur influence. Il entrevoit même l’émergence de possibles blocs géographiques.

  

Petits aménagements avec Lisbonne

 

Après le rejet du traité de Lisbonne par les Irlandais, le texte a été amendé pour satisfaire certaines revendications émises alors et faire l’objet d’un nouveau vote.

 

Mais l’essentiel du traité demeure intact, car en modifier la substance nécessiterait de le faire ratifier à nouveau par les Vingt-Sept. C’est donc en annexes que des aménagements ont été concédés, afin de "garantir aux Irlandais une liberté d'action sur des dossiers qu'ils considèrent comme sensibles, après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne", reprend O'Broin. Ces compromis stipulent que l’Irlande gardera une autonomie en matière de droit à l’avortement (interdit par Dublin), de fiscalité et de neutralité militaire. Le pays conservera également un membre permanent à la Commission.

 

Selon Peadar O’Broin, l’Irlande semble toutefois prête à dire "oui" au traité de Lisbonne, "mais plutôt par peur". En effet, l’effondrement de la situation économique dans le pays et la hausse du chômage pourraient décider les électeurs à rejoindre un traité que tous les autres pays européens - ou presque - ont ratifié.

 

Un vote émotionnel

 

Le Premier ministre, Brian Cowen, a ainsi brandi le chiffon rouge avant le vote de vendredi, prévenant qu’un nouveau rejet du texte anéantirait les espoirs irlandais de redresser la barre en pleine récession.

 

Mais la principale différence entre le référendum de vendredi et celui du 12 juin 2008, explique O’Broin, réside dans le fait que, en 2008, la plupart des électeurs ignoraient les enjeux du traité. "On demandait au peuple de ratifier une loi. Mais on ne gouverne pas en essayant de faire comprendre le sens du moindre point-virgule". Cette fois-ci, en revanche, le vote risque d’être plus "émotionnel".

  

À quelques jours du scrutin, les sondages donnaient toujours le "oui" en tête. Dans la dernière enquête publiée dimanche, il recueillait 55 % des suffrages, alors que le "non" affichait un petit 27 %.

Première publication : 01/10/2009

COMMENTAIRE(S)