Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama: le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

Asie - pacifique

La junte rejette l'appel de l'opposante Aung San Suu Kyi

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2009

Alors que Washington a fait montre de sa volonté d'engager le dialogue avec la junte au pouvoir en Birmanie, la justice du pays a rejeté l'appel déposé par Aung San Suu Kyi qui contestait la prolongation de son assignation à résidence.

AFP - La junte birmane a rejeté vendredi l'appel déposé par l'opposante Aung San Suu Kyi, qui contestait sa condamnation à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence, a-t-on appris de sources officielles et auprès de ses avocats.

La lauréate du Prix Nobel de la paix, 64 ans, avait été condamnée à trois ans de réclusion et de travaux forcés en août, pour avoir brièvement hébergé un Américain qui avait réussi à nager jusqu'à son domicile, situé sur les rives d'un lac.

La sanction avait été commuée en une assignation à résidence qui l'exclut de facto du paysage politique pour les élections prévues en 2010.

"La cour a rejeté l'appel mais nous allons porter l'affaire devant la cour suprême", a indiqué Nyan Win, l'un des avocats de l'opposante et le porte-parole de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Un responsable birman avait auparavant indiqué à l'AFP que les magistrats avaient rejeté cet appel.

La junte avait essuyé une pluie de critiques après le procès en première instance, à l'exception notable de la Chine, son plus sûr allié dans la région.

Mais elle bénéficie actuellement de la volonté des Etats-Unis de mêler les sanctions en place depuis plus d'une décennie avec un dialogue politique, de nature, selon l'administration Obama, à impulser un changement en Birmanie, où des élections sont prévues en 2010.

Les premiers entretiens de haut-niveau entre les deux pays depuis près de dix ans se sont tenus à Washington mercredi.

Washington demande notamment la libération des prisonniers politiques, en particulier celle de Mme Suu Kyi, qui a été privée de liberté pendant 14 des 20 dernières années.

Première publication : 02/10/2009

COMMENTAIRE(S)