Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Asie - pacifique

La junte rejette l'appel de l'opposante Aung San Suu Kyi

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/10/2009

Alors que Washington a fait montre de sa volonté d'engager le dialogue avec la junte au pouvoir en Birmanie, la justice du pays a rejeté l'appel déposé par Aung San Suu Kyi qui contestait la prolongation de son assignation à résidence.

AFP - La junte birmane a rejeté vendredi l'appel déposé par l'opposante Aung San Suu Kyi, qui contestait sa condamnation à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence, a-t-on appris de sources officielles et auprès de ses avocats.

La lauréate du Prix Nobel de la paix, 64 ans, avait été condamnée à trois ans de réclusion et de travaux forcés en août, pour avoir brièvement hébergé un Américain qui avait réussi à nager jusqu'à son domicile, situé sur les rives d'un lac.

La sanction avait été commuée en une assignation à résidence qui l'exclut de facto du paysage politique pour les élections prévues en 2010.

"La cour a rejeté l'appel mais nous allons porter l'affaire devant la cour suprême", a indiqué Nyan Win, l'un des avocats de l'opposante et le porte-parole de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Un responsable birman avait auparavant indiqué à l'AFP que les magistrats avaient rejeté cet appel.

La junte avait essuyé une pluie de critiques après le procès en première instance, à l'exception notable de la Chine, son plus sûr allié dans la région.

Mais elle bénéficie actuellement de la volonté des Etats-Unis de mêler les sanctions en place depuis plus d'une décennie avec un dialogue politique, de nature, selon l'administration Obama, à impulser un changement en Birmanie, où des élections sont prévues en 2010.

Les premiers entretiens de haut-niveau entre les deux pays depuis près de dix ans se sont tenus à Washington mercredi.

Washington demande notamment la libération des prisonniers politiques, en particulier celle de Mme Suu Kyi, qui a été privée de liberté pendant 14 des 20 dernières années.

Première publication : 02/10/2009

COMMENTAIRE(S)