Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Christine Salem, la voix du Maloya

En savoir plus

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Vidéo : hommage au dernier tirailleur sénégalais de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : Adidas remporte la Coupe, Nike le soulier d'or

    En savoir plus

  • L'Église anglicane accorde aux femmes le droit de devenir évêque

    En savoir plus

  • Tour de France : victime d'une chute, Alberto Contador abandonne

    En savoir plus

  • Disparition de Nadine Gordimer, l'écrivaine nobelisée et anti-apartheid

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : "Il n'est jamais trop tard pour rétablir l'histoire"

    En savoir plus

  • Vidéo : À Bamako, on préserve la mémoire des soldats maliens de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Ex-otage des Taliban, le controversé sergent Bergdahl reprend du service

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne progresse vers Lougansk

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • François Hollande promet des réformes urgentes et des baisses d'impôts

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • Vidéo : le champ de bataille des Dardanelles, un lieu de pèlerinage en Turquie

    En savoir plus

Reportages

Référendum à haut risque en Irlande

©

Vidéo par Neale DICKSON , Hervé AMORIC

Texte par Hervé AMORIC

Dernière modification : 02/10/2009

Après avoir rejeté, en juin 2008, le traité de Lisbonne, les Irlandais sont de nouveaux invités à se prononcer sur le texte. Quels arguments peuvent aujourd'hui convaincre les électeurs de changer d'avis ?

En juin 2008, la grande majorité des jeunes électeurs irlandais avaient dit "non" au traité de Lisbonne. Dans un pays où plus de 54 % de la population a moins de 30 ans, il n'en fallait pas plus pour faire basculer toute l'Irlande dans le camp des "nonistes".

 

La nouvelle génération irlandaise est-elle devenue eurosceptique ? Ce vote était-il un vote punition, un vote rebelle d'une jeune société qui se sent marginalisée par une classe politique accusée de paternalisme ?

 

Comment les jeunes électeurs vont-ils voter cette année ? Quels sont les principaux arguments qui peuvent les faire changer d'avis, leur permettre de dire "oui" lors de ce second référendum ?

 

Pour avoir réponse à ces questions, nos reporters sont allés à la rencontre de quelques-uns des 30 000 jeunes électeurs qui ont foulé la pelouse du festival Electric Picnic, au cœur de l'Irlande rurale, dans le comté de Laoise, durant la campagne référendaire.

 

Parmi ceux qui avaient voté "non" l'an dernier, une tendance "dure" votera de nouveau "non", tout d'abord parce que ces électeurs estiment avoir déjà répondu à la question posée. Ensuite parce qu'ils veulent punir le gouvernement pour sa gestion de la crise économique sans précédent que traverse l'Irlande.

 

Mais une autre tendance s'est nettement dégagée, qui semble majoritaire chez les étudiants qui avaient rejeté le traité "par manque d'informations", parce qu'ils ne comprenaient pas le texte. Ceux-ci ont l'impression de mieux maîtriser le sujet cette année. Ils voteront "oui".

 

Mais l'argument-clé qui peut faire pencher la bascule vers le "oui" cette année, c'est le contexte économique. L'Europe semble être redevenue en Irlande symbole de solidarité économique, à un moment où le pays a clairement besoin de soutien.

Première publication : 02/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)