Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Reportages

Référendum à haut risque en Irlande

Vidéo par Neale DICKSON , Hervé AMORIC

Texte par Hervé AMORIC

Dernière modification : 02/10/2009

Après avoir rejeté, en juin 2008, le traité de Lisbonne, les Irlandais sont de nouveaux invités à se prononcer sur le texte. Quels arguments peuvent aujourd'hui convaincre les électeurs de changer d'avis ?

En juin 2008, la grande majorité des jeunes électeurs irlandais avaient dit "non" au traité de Lisbonne. Dans un pays où plus de 54 % de la population a moins de 30 ans, il n'en fallait pas plus pour faire basculer toute l'Irlande dans le camp des "nonistes".

 

La nouvelle génération irlandaise est-elle devenue eurosceptique ? Ce vote était-il un vote punition, un vote rebelle d'une jeune société qui se sent marginalisée par une classe politique accusée de paternalisme ?

 

Comment les jeunes électeurs vont-ils voter cette année ? Quels sont les principaux arguments qui peuvent les faire changer d'avis, leur permettre de dire "oui" lors de ce second référendum ?

 

Pour avoir réponse à ces questions, nos reporters sont allés à la rencontre de quelques-uns des 30 000 jeunes électeurs qui ont foulé la pelouse du festival Electric Picnic, au cœur de l'Irlande rurale, dans le comté de Laoise, durant la campagne référendaire.

 

Parmi ceux qui avaient voté "non" l'an dernier, une tendance "dure" votera de nouveau "non", tout d'abord parce que ces électeurs estiment avoir déjà répondu à la question posée. Ensuite parce qu'ils veulent punir le gouvernement pour sa gestion de la crise économique sans précédent que traverse l'Irlande.

 

Mais une autre tendance s'est nettement dégagée, qui semble majoritaire chez les étudiants qui avaient rejeté le traité "par manque d'informations", parce qu'ils ne comprenaient pas le texte. Ceux-ci ont l'impression de mieux maîtriser le sujet cette année. Ils voteront "oui".

 

Mais l'argument-clé qui peut faire pencher la bascule vers le "oui" cette année, c'est le contexte économique. L'Europe semble être redevenue en Irlande symbole de solidarité économique, à un moment où le pays a clairement besoin de soutien.

Première publication : 02/10/2009

COMMENTAIRE(S)