Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Reportages

Référendum à haut risque en Irlande

Vidéo par Neale DICKSON , Hervé AMORIC

Texte par Hervé AMORIC

Dernière modification : 02/10/2009

Après avoir rejeté, en juin 2008, le traité de Lisbonne, les Irlandais sont de nouveaux invités à se prononcer sur le texte. Quels arguments peuvent aujourd'hui convaincre les électeurs de changer d'avis ?

En juin 2008, la grande majorité des jeunes électeurs irlandais avaient dit "non" au traité de Lisbonne. Dans un pays où plus de 54 % de la population a moins de 30 ans, il n'en fallait pas plus pour faire basculer toute l'Irlande dans le camp des "nonistes".

 

La nouvelle génération irlandaise est-elle devenue eurosceptique ? Ce vote était-il un vote punition, un vote rebelle d'une jeune société qui se sent marginalisée par une classe politique accusée de paternalisme ?

 

Comment les jeunes électeurs vont-ils voter cette année ? Quels sont les principaux arguments qui peuvent les faire changer d'avis, leur permettre de dire "oui" lors de ce second référendum ?

 

Pour avoir réponse à ces questions, nos reporters sont allés à la rencontre de quelques-uns des 30 000 jeunes électeurs qui ont foulé la pelouse du festival Electric Picnic, au cœur de l'Irlande rurale, dans le comté de Laoise, durant la campagne référendaire.

 

Parmi ceux qui avaient voté "non" l'an dernier, une tendance "dure" votera de nouveau "non", tout d'abord parce que ces électeurs estiment avoir déjà répondu à la question posée. Ensuite parce qu'ils veulent punir le gouvernement pour sa gestion de la crise économique sans précédent que traverse l'Irlande.

 

Mais une autre tendance s'est nettement dégagée, qui semble majoritaire chez les étudiants qui avaient rejeté le traité "par manque d'informations", parce qu'ils ne comprenaient pas le texte. Ceux-ci ont l'impression de mieux maîtriser le sujet cette année. Ils voteront "oui".

 

Mais l'argument-clé qui peut faire pencher la bascule vers le "oui" cette année, c'est le contexte économique. L'Europe semble être redevenue en Irlande symbole de solidarité économique, à un moment où le pays a clairement besoin de soutien.

Première publication : 02/10/2009

COMMENTAIRE(S)