Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

EUROPE

Les Irlandais ont dit "oui", selon le ministre des Affaires étrangères

Vidéo par David THOMSON , Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/10/2009

Les Irlandais ont décidé vendredi du sort du traité de Lisbonne mais c'est ce samedi que les résultats seront connus. Selon le ministre des Affaires étrangères Micheal Martin, "le 'oui' semble avoir remporté une victoire convaincante".

AFP - Le "oui" a remporté une "victoire convaincante" au deuxième référendum sur le traité européen de Lisbonne, a indiqué samedi le gouvernement tandis que le camp du "non" concédait sa défaite avant même la publication de premiers résultats officiels.
   
Les Irlandais ont dit un oui "convaincant" au traité, a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin sur la radio RTE. "Je pense que c'est bon pour l'Irlande car je crois passionnément que notre avenir se situe au sein de l'Union européenne", a ajouté le chef de la diplomatie irlandaise.
   
Interrogé par l'AFP, le secrétaire d'Etat irlandais aux Affaires européennes Dick Roche a évoqué de son côté une victoire "écrasante". "C'est écrasant. Je suis confiant que ce sera adopté avec un résultat national proche de 60-40. Cela fait depuis bien longtemps qu'on n'avait pas eu quelque chose comme ça", a-t-il ajouté.
   
L'homme d'affaires Declan Ganley, figure de proue du camp du "non", a concédé la défaite. "Nous pensons qu'il s'agit d'une victoire très convaincante pour le camp du oui. Les Irlandais sont terrifiés. C'est un vote basé plus sur la crainte que sur l'espoir", a déclaré M. Ganley.
   
Les tout premiers résultats, encore très partiels, semblaient aller dans cette direction, selon RTE.
   
Aucun chiffre officiel n'avait cependant été annoncé, près de trois heures après le début du dépouillement. Les résultats officiels sont attendus vers 17H00 (16H00 GMT).
   
Un sondage effectué à la sortie des urnes par un parti favorable au texte a indiqué que le "oui" devrait largement l'emporter, à plus de 60%.

 


   
L'enquête, réalisée par le Fine Gael, premier parti d'opposition qui défend le "oui" aux côtés du gouvernement, montre un vote "massif" en faveur du traité dans la capitale Dublin, avec près de 70% des suffrages en faveur du traité. Dans le reste du pays, le "oui" a recueilli environ 60%.
   
Le sondage a été réalisé auprès de 1.000 personnes dans 33 sites à travers le pays, jusque tard dans la soirée de vendredi après la fermeture des bureaux de vote à 22H00 locales (21H00 GMT).
   
"Le oui pourrait être deux fois plus important que le non", a indiqué à l'AFP le directeur des élections du Fine Gael, Billy Timmons, citant une participation "très élevée" dans la capitale Dublin.
   
Un peu plus de trois millions d'électeurs, soit moins de 1% des Européens, étaient appelés aux urnes vendredi pour ce scrutin qui décidera du sort du traité de Lisbonne, jugé essentiel par l'UE pour son bon fonctionnement à 27.
   
Lors d'un premier référendum le 12 juin 2008, les Irlandais avaient dit "non" à 53,4%.
   
Face à cette paralysie, Dublin avait accepté de faire revoter la population moyennant des assurances de l'UE qu'elle ne toucherait pas aux "spécificités celtiques": l'interdiction de l'avortement, la neutralité militaire et un faible taux d'imposition. De plus, si le traité est adopté, l'Irlande continuera à disposer de "son" commissaire européen.
   
Le texte doit être approuvé par l'ensemble des 27 pour entrer en vigueur. Seule l'Irlande est tenue, de par sa Constitution, de se prononcer par référendum tandis que 24 capitales européennes ont déjà achevé le processus de ratification.
 

Première publication : 03/10/2009

COMMENTAIRE(S)