Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Manifestation monstre à Rome pour défendre la liberté de la presse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2009

Des centaines de milliers de personnes, selon les organisateurs, ont envahi, samedi, les rues de Rome pour dénoncer l'empire médiatique du président du Conseil Silvio Berlusconi et ses constantes attaques contre les journalistes.

AFP - Plus de 100.000 manifestants se sont rassemblés samedi à Rome à l'appel de la Fédération de la presse et de la gauche italienne pour "défendre la liberté de la presse" et fustiger l'empire médiatique de Silvio Berlusconi, a constaté un journaliste de l'AFP.
  
"C'est la plus grande manifestation jamais organisée pour la liberté d'informer" en Italie, a déclaré le dirigeant de la fédération de la presse du syndicat CGIL, Fulvio Fammoni, devant une foule compacte rassemblée sur l'immense Piazza del Popolo, au coeur de la capitale italienne.
  
Les organisateurs affirment avoir rassemblé 350.000 manifestants, tandis que la préfecture de la capitale évalue leur nombre à 60.000, compte tenu de la taille de la place.
  
La Fédération nationale de la presse, qui regroupe les syndicats de journalistes, la CGIL, plus important syndicat italien, le Parti démocratique (PD), ainsi qu'une myriade d'organisations et associations de gauche avaient appelé à ce rassemblement.
  
Sous des ballons géants aux couleurs de l'Italie, les manifestants se pressaient avec des pancartes "Berlusconi nuit à la santé", ou "Nous sommes tous des canailles", terme par lequel Silvio Berlusconi a désigné certains journalistes de la chaîne publique de télévision RAI.
  
Les noms des animateurs d'Annozero, une émission de la télévision publique vilipendée par le gouvernement qui l'accuse de "traîner le président du Conseil dans la boue", ont été ovationnés.
  
De même que celui du directeur de la Repubblica, Ezio Mauro, assigné en justice par le chef du gouvernement pour publier depuis des mois les dix mêmes questions sur une relation présumée de M. Berlusconi avec une mineure.
  
"Nous demandons au président du Conseil de cesser la campagne d'accusation contre les journalistes et de dire la vérité, de retirer les plaintes qu'il a déposées contre les journalistes", a déclaré le secrétaire de la Fédération de la presse, Franco Siddi, sur un podium barré du slogan "Le droit de savoir, le devoir d'informer".
  
Les manifestants, parmi lesquels figuraient la comédienne Stefania Sandrelli et les frères Taviani, protestaient également contre "les conflits d'intérêt" dans les médias, visant M. Berlusconi qui contrôle de facto les télévisions publiques et détient trois chaînes privées.
  
"Ce qui arrive démontre une vérité ancienne: la vérité et le pouvoir ne coïncident jamais", a dit l'écrivain Roberto Saviano, auteur de "Gomorra", un roman qui dénonce les mafias du sud de l'Italie.
  
Silvio Berlusconi a qualifié la manifestation de samedi de "farce absolue", estimant que "la liberté est beaucoup plus grande en Italie que dans n'importe quel autre pays occidental".
  
Il répondait indirectement à l'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières, qui avait annoncé vendredi que M. Berlusconi était "en passe de figurer dans la liste des prédateurs de la liberté de la presse", ce qui serait "une première pour un chef de gouvernement européen".
  
Plusieurs responsables du parti de M. Berlusconi, le Parti du peuple pour la liberté, se sont insurgés contre la manifestation romaine --accompagnée de rassemblements similaires dans plusieurs villes italiennes--, estimant qu'il s'agissait "d'une initiative claire contre Berlusconi et le gouvernement".
  

Première publication : 03/10/2009

COMMENTAIRE(S)