Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Au Lesotho, l’armée dément avoir mené un coup d’État

    En savoir plus

  • Golan : les combats continuent entre les jihadistes et les casques bleus

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

EUROPE

Manifestation monstre à Rome pour défendre la liberté de la presse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2009

Des centaines de milliers de personnes, selon les organisateurs, ont envahi, samedi, les rues de Rome pour dénoncer l'empire médiatique du président du Conseil Silvio Berlusconi et ses constantes attaques contre les journalistes.

AFP - Plus de 100.000 manifestants se sont rassemblés samedi à Rome à l'appel de la Fédération de la presse et de la gauche italienne pour "défendre la liberté de la presse" et fustiger l'empire médiatique de Silvio Berlusconi, a constaté un journaliste de l'AFP.
  
"C'est la plus grande manifestation jamais organisée pour la liberté d'informer" en Italie, a déclaré le dirigeant de la fédération de la presse du syndicat CGIL, Fulvio Fammoni, devant une foule compacte rassemblée sur l'immense Piazza del Popolo, au coeur de la capitale italienne.
  
Les organisateurs affirment avoir rassemblé 350.000 manifestants, tandis que la préfecture de la capitale évalue leur nombre à 60.000, compte tenu de la taille de la place.
  
La Fédération nationale de la presse, qui regroupe les syndicats de journalistes, la CGIL, plus important syndicat italien, le Parti démocratique (PD), ainsi qu'une myriade d'organisations et associations de gauche avaient appelé à ce rassemblement.
  
Sous des ballons géants aux couleurs de l'Italie, les manifestants se pressaient avec des pancartes "Berlusconi nuit à la santé", ou "Nous sommes tous des canailles", terme par lequel Silvio Berlusconi a désigné certains journalistes de la chaîne publique de télévision RAI.
  
Les noms des animateurs d'Annozero, une émission de la télévision publique vilipendée par le gouvernement qui l'accuse de "traîner le président du Conseil dans la boue", ont été ovationnés.
  
De même que celui du directeur de la Repubblica, Ezio Mauro, assigné en justice par le chef du gouvernement pour publier depuis des mois les dix mêmes questions sur une relation présumée de M. Berlusconi avec une mineure.
  
"Nous demandons au président du Conseil de cesser la campagne d'accusation contre les journalistes et de dire la vérité, de retirer les plaintes qu'il a déposées contre les journalistes", a déclaré le secrétaire de la Fédération de la presse, Franco Siddi, sur un podium barré du slogan "Le droit de savoir, le devoir d'informer".
  
Les manifestants, parmi lesquels figuraient la comédienne Stefania Sandrelli et les frères Taviani, protestaient également contre "les conflits d'intérêt" dans les médias, visant M. Berlusconi qui contrôle de facto les télévisions publiques et détient trois chaînes privées.
  
"Ce qui arrive démontre une vérité ancienne: la vérité et le pouvoir ne coïncident jamais", a dit l'écrivain Roberto Saviano, auteur de "Gomorra", un roman qui dénonce les mafias du sud de l'Italie.
  
Silvio Berlusconi a qualifié la manifestation de samedi de "farce absolue", estimant que "la liberté est beaucoup plus grande en Italie que dans n'importe quel autre pays occidental".
  
Il répondait indirectement à l'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières, qui avait annoncé vendredi que M. Berlusconi était "en passe de figurer dans la liste des prédateurs de la liberté de la presse", ce qui serait "une première pour un chef de gouvernement européen".
  
Plusieurs responsables du parti de M. Berlusconi, le Parti du peuple pour la liberté, se sont insurgés contre la manifestation romaine --accompagnée de rassemblements similaires dans plusieurs villes italiennes--, estimant qu'il s'agissait "d'une initiative claire contre Berlusconi et le gouvernement".
  

Première publication : 03/10/2009

COMMENTAIRE(S)