Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le procès de Germain Katanga reprend à Kinshasa

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi sollicite la protection de l'ONU

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Scrutin local au Royaume-Uni : Londres, l'exception travailliste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Course à la Maison Blanche : l'imbattable Donald Trump ?

En savoir plus

TECH 24

Revenu universel : le nouveau cheval de bataille de la Silicon Valley

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Les confidences d’un artisan pipier de Paris

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Richard Berry

En savoir plus

FOCUS

Philippines : l'incroyable retour du clan Marcos, symbole des années noires de la dictature

En savoir plus

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

Sports

Ellen MacArthur prend le large et met fin à sa carrière

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/10/2009

A 33 ans, Lady MacArthur, navigatrice britannique sacrée à deux reprises sur la Route du Rhum, arrête sa carrière sportive pour se consacrer à la défense de l'environnement - un combat qu'elle mène déjà depuis plusieurs années.

AFP - La navigatrice britannique Ellen MacArthur a décidé de se retirer de la compétition, à 33 ans, pour se consacrer à la défense de l'environnement et à des oeuvres humanitaires, annonce-t-elle dans une interview à la BBC qui doit être diffusée dimanche.

 

"Je navigue toujours, j'adore naviguer, je continue de le faire pour le plaisir, pour des oeuvres humanitaires (...) mais aussi longtemps qu'il restera ce défi (ndlr: la lutte pour l'environnement), est-ce que je vais consacrer quatre ans de ma vie à naviguer autour du monde? Non", a-t-elle expliqué.

 

Depuis qu'elle a battu sur Castorama le record du tour du monde en solitaire en 2005 (71 jours, 14 heures, 18 minutes et 33 secondes), MacArthur n'a pris part à aucune épreuve de premier plan. Ce record a depuis été repris par Francis Joyon qui l'a porté à 57 j, 13 h, 34 min, 6 sec.

 

La Britannique, anoblie par la reine d'Angleterre et décorée de la Légion d'Honneur par le président français Nicolas Sarkozy, se consacre depuis plusieurs années à des actions humanitaires, notamment en faveur des enfants atteints de leucémie. Elle n'avait toutefois jamais annoncé son retrait de la voile de compétition.

 

MacArthur explique avoir pris sa décision après avoir constaté les dégâts faits à l'Atlantique au large de l'Etat américain de Géorgie: "Je n'aurais jamais cru que quoi que ce soit puisse passer avant la voile, mais (...) plus j'ai étudié le problème (ndlr: de l'environnement), plus cela m'a effrayée à tel point que je ne peux plus retourner en mer et faire le tour du monde, parce que c'est ça qui compte."

 

La jeune navigatrice avait accédé à la notoriété en 2001, quand elle avait terminé 2e du Vendée Globe sur Kingfisher, course autour du monde en solitaire et sans escale. A son palmarès figurent également deux Routes du Rhum en monocoque (1888 et 2002).

 

Lors du dernier Vendée Globe, elle était dans l'équipe de soutien de son ami Sébastien Josse, participant à la conception de son monocoque, BT. Josse avait abandonné.

 

Au départ de cette course, en novembre 2008, elle évoquait un retour à la compétition: "J'ai vraiment envie de refaire le Vendée Globe. Pour l'instant, mon travail sur l'environnement est quelque chose de plus important à mes yeux. Mais lorsque je vois tous les bateaux, cela me donne encore énormément envie. Peut-être dans 4 ans."

 

Enfant de la campagne du Derbyshire, MacArthur a commencé la voile à quatre ans sur le bateau d'une tante. Elle a raconté qu'elle économisait "chaque penny" de sa cantine pour s'acheter, à 13 ans, un dériveur. Avec son premier "quillard", acquis deux ans plus tard, elle fait le tour des îles britanniques, et devient skipper professionnel à 17 ans.

 

Ses mentors dans la voile de compétition seront deux Français, conquis par sa détermination, Alain Gautier et Yves Parlier.

Première publication : 04/10/2009

COMMENTAIRE(S)