Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

SCIENCES

Avancée majeure dans la recherche d'un vaccin anticocaïne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/10/2009

Des chercheurs américains ont mené un essai clinique sur un nouveau vaccin anticocaïne permettant de traiter la dépendance en augmentant le niveau des anticorps qui rendent le produit inactif.

AFP - Des chercheurs américains ont annoncé lundi avoir mené un essai clinique sur un nouveau vaccin anti-cocaïne qui s'est révélé prometteur pour permettre de traiter la dépendance à cette drogue qui affecte 1,6 million de personnes rien qu'aux Etats-Unis.
  
Les scientifiques affirment que leur vaccin réduit la prise de drogue en augmentant le niveau des anticorps contre la cocaïne, ce qui rend le produit inactif avant qu'il n'atteigne le cerveau et produise ses effets euphorisants.
  
Au cours de l'essai clinique de six mois mené par ces chercheurs de l'école de médecine de Université de Yale et du Baylor College of Medicine, 38% des cocaïnomanes vaccinés ont produit un niveau suffisant d'anticorps pour bloquer les effets de la drogue.
  
Les effets n'ont toutefois pas persisté plus de deux mois.
  
"Un traitement optimal nécessiterait sans doute des vaccinations répétées pour maintenir un niveau d'anticorps adéquat", écrivent les auteurs de l'étude publiée dans l'édition d'octobre des Archives of General Psychiatry.
  
Le principal auteur de l'étude, Thomas Kosten, travaille à l'élaboration d'un vaccin contre la cocaïne depuis 15 ans.
  
"Il y a quinze ans, tout le monde disait qu'il était impossible de produire des anticorps contre de petites molécules comme celle-ci", a-t-il dit à l'AFP lors d'un entretien par téléphone.
  
L'essai clinique a porté sur 115 personnes dépendantes à la cocaïne, dont 58 ont été vaccinées et 57 traitées avec un placebo.
  
38% des personnes vaccinées ont produit assez d'anticorps pour ne plus ressentir les effets de la drogue. Dans ce groupe, la consommation de cocaïne a plongé, certains cessant même toute prise, selon l'étude.
  
Les Etats-Unis sont le premier marché du monde pour la cocaïne et le trafic en provenance du Mexique a provoqué une explosion de violence dans ce pays.
 

Première publication : 05/10/2009

COMMENTAIRE(S)