Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jean-Michel Jarre : "L’électro européenne a envahi le monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'organisation EI perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FRANCE

Fin des négociations entre MAG et Continental sur l'usine de Clairoix

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/10/2009

Continental et le groupe de Dubaï MAG, qui négociaient un possible rachat de l'usine de Clairoix dont l'équipementier allemand veut se débarrasser, ont mis fin à leurs discussions "d'un commun accord".

AFP - L'équipementier automobile allemand Continental a annoncé lundi dans un communiqué la rupture des négociations qu'il menait avec le groupe MAG, basé à Dubaï, sur une reprise éventuelle de l'usine française de pneumatiques de Clairoix (Oise).
  
Les discussions ont pris fin "d'un commun accord" et sans qu'un terrain d'entente ait été trouvé, précise Continental.
  
"Les deux parties ont mené des discussions intensives, mais ont finalement constaté qu'il n'était pas possible de trouver de base commune pour des négociations plus avancées", selon le communiqué.
  
Continental avait annoncé en mars la fermeture de l'usine de Clairoix (1.120 salariés), puis indiqué début mai avoir posé les bases d'une offre très avantageuse au groupe MAG pour une éventuelle reprise du site, en proposant notamment un contrat d'assistance technique pendant au moins dix ans.
  
Après un conflit social de plusieurs semaines, les syndicats étaient arrivés à un accord mi-juillet avec la direction de Continental, sur un plan de sauvegarde de l'emploi.
  

Première publication : 05/10/2009

COMMENTAIRE(S)