Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

Amériques

Le gouverneur de l'Ohio reporte deux exécutions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2009

Au lendemain de l'annulation d'une exécution pour raisons techniques, le gouverneur de l'Ohio a décidé de reporter deux autres mises à mort afin de donner le temps à l'État et aux tribunaux de revoir la procédure.

REUTERS - Le gouverneur de l’Ohio a reporté de plusieurs mois deux exécutions, le temps que l’Etat et les tribunaux décident d’une éventuelle modification de la procédure après une exécution avortée le mois dernier.

Le gouverneur démocrate Ted Strickland a repoussé au 9 mars 2010 l’exécution du détenu Lawrence Reynolds, prévue jeudi, et au mois d’avril celle du condamné Darryl Durr.

Des difficultés sont apparues le 15 septembre, lorsque les personnes chargées d’exécuter de Romell Broom, 53 ans, se sont avérées incapables de trouver une veine sur les bras du détenu pour procéder à l’injection létale.

Broom, condamné à la peine capitale pour le viol d’une adolescente de 14 ans, avait dû être renvoyé dans sa cellule.

Des complications similaires s’étaient déjà produites en 2006 et avaient conduit les autorités à modifier le protocole des exécutions dans cet Etat.

Le gouverneur Strickland avait repoussé l’exécution de Broom d’une semaine, mais les avocats du condamné à mort ont déposé un recours en expliquant que son exécution avortée et une seconde tentative violaient le droit constitutionnel, qui interdit les traitements cruels.

Un juge fédéral s’est saisi de la plainte et l’affaire pourrait durer des mois, voire des années.


 
 

Première publication : 06/10/2009

COMMENTAIRE(S)