Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Hamas dénonce le report du vote de l'ONU sur le rapport Goldstone

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2009

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a vivement dénoncé le report à mars 2010 du vote de l'ONU sur le rapport du juge Richard Goldstone, qui accuse notamment Israël de "crimes de guerre" lors de son offensive à Gaza, début 2009.

AFP - Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a dénoncé dimanche la décision de l'ONU de reporter la discussion sur le rapport Goldstone sur la guerre à Gaza, accusant l'Autorité palestinienne d'en être responsable.
  
"La décision prise par Ramallah (l'Autorité palestinienne) de retirer le rapport Goldstone était imprudente et irresponsable", a déclaré Ismaïl Haniyeh, estimant que l'on "vend(ait) le sang des enfants de Gaza".
  
"Cela n'affectera pas notre détermination de continuer à demander que les leaders de l'occupation (les dirigeants israéliens) soient envoyés à la cour (internationale de justice) pour leur crimes", a ajouté le chef du gouvernement du mouvement islamiste.
  
Le Conseil des droits de l'Homme a décidé vendredi de reporter à sa session de mars 2010 le vote d'une résolution sur le rapport d'enquête du juge sud-africain Richard Goldstone qui accusait notamment Israël de "crimes de guerre" durant son offensive à Gaza en décembre-janvier.
  
Celui-ci recommande de demander au Conseil de sécurité de saisir le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) si aucun progrès n'est réalisé d'ici six mois dans les enquêtes menées par les autorités israéliennes et les autorités de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas.
  
Le document affirme également que les groupes palestiniens se sont rendus coupables de crimes de guerre, en allusion aux tirs de roquettes contre des villes de l'Etat hébreu.
  
Le Hamas estime que par cette initiative, l'Autorité palestinienne s'est rendue coupable d'un "crime sérieux contre le peuple palestinien". "Nous sommes surpris par la position de collaboration du gouvernement de Ramallah (siège de l'Autorité palestinienne, ndlr) avec l'occupation" israélienne, a ainsi estimé vendredi Tahar al-Nounou, porte-parole du Hamas.
  
La position du gouvernement de Ramallah a provoqué des remous au sein même de l'Autorité palestinienne, dont le ministre palestinien de l'Economie, Bassem Khouri, a démissionné samedi de ses fonctions, jugeant que la délégation palestinienne au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU avait manqué de fermeté.
  
Selon la presse internationale, la délégation palestinienne a cédé à la pression de Washington et fini par accepter ce report bien qu'elle ait estimé que le document "rapporte des faits incontestables".
  
Les Etats-Unis se sont opposés à un projet de résolution reprenant à son compte les recommandations de la mission Goldstone et reprochent au rapport d'être déséquilibré en "se focalisant de manière écrasante sur les actions d'Israël".
  
L'offensive israélienne contre la bande de Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, a fait plus de 1.400 morts palestiniens, en majorité des civils, selon des sources médicales palestiniennes.

Première publication : 06/10/2009

COMMENTAIRE(S)