Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Culture

Pas de bon de sortie pour le réalisateur détenu en Suisse

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 15/10/2009

La justice suisse a rejeté, ce mardi, la demande de remise en liberté sous caution du cinéaste franco-polonais Roman Polanski. Il restera donc en détention pendant qu'elle examinera la demande d'extradition formulée par les États-Unis.

C’est non. Le ministère suisse de la Justice s’est opposé, ce mardi, à une libération provisoire de Roman Polanski. Il a également recommandé au tribunal pénal fédéral de Bellinzone (canton du Tessin) de rejeter la demande des avocats du cinéaste, arrêté sur mandat d’arrêt américain à Zurich il y a dix jours. Principale raison à ce refus : les autorités helvétiques ont peur que M. Polanski prenne la fuite. "Même avec une liberté sous caution, il n'est pas garanti que M. Polanski restera dans la Confédération", a précisé un porte-parole du ministère, Folco Galli.

 

"Les juridictions peuvent craindre que la proximité de la France incite Roman Polanski à s’échapper, comme il l’a fait autrefois des États-Unis. Mais les circonstances sont extrêmement différentes", estime Me Georges Kiejman, avocat de Roman Polanski, interrogé par FRANCE 24.

 

Les avocats de Roman Polanski ont déposé deux recours, le 29 septembre : un premier devant le tribunal de Bellinzone concernant le "mandat d'arrêt en vue d'extradition" ; un second auprès du ministère de la Justice, lui demandant de "reconsidérer l'arrestation" elle-même. L'un et l'autre étant motivés par les mêmes arguments, le ministère suisse a jugé "inutile" de statuer par lui-même, a déclaré M. Galli.

 

"Il n'est pas en-dessous des lois non plus"

 

"Une précision : ce n’est pas la justice suisse qui a rejeté cette demande, mais l’Office fédéral, qui est l'équivalent de notre ministère de la Justice et de notre ministère de l’Intérieur, rétorque Me Kiejman. C’est donc une décision d’État, que l’on peut qualifier d’administrative ou de politique. Et c’est une décision décevante."

 

C’est donc maintenant au tribunal du canton du Tessin de rendre sa décision. Roman Polanski pourra ensuite faire appel.

 

À ceux qui disent que l'Oscar du meilleur réalisateur et Palme d'or à Cannes pour "Le Pianiste" n’est pas au-dessus des lois, Me Kiejman répond : "Il n’est pas en-dessous des lois non plus. Si la Suisse se rappelait qu’elle a adhéré à la Convention européenne des droits de l’Homme, dont la lettre et l’esprit sont tout à fait contraire à l’idée du procès inéquitable qui risque de lui être fait aux États-Unis, il devrait, au moins pour des raisons juridiques, être relâché."

 

M. Polanski est recherché par la justice américaine dans le cadre d'une procédure ouverte en 1977 pour "relations sexuelles illégales" avec une mineure âgée de 13 ans.

Première publication : 06/10/2009

COMMENTAIRE(S)