Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang invite Washington à entamer des discussions directes

©

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2009

Au terme d'une visite officielle du Premier ministre chinois, Wen Jiabao (au milieu), à Pyongyang, la Corée du Nord a averti qu'elle ne reviendrait à la table des négociations qu'après avoir entamé un dialogue direct avec Washington.

REUTERS - La Corée du Nord s’est dit prête mardi à reprendre les pourparlers sur le démantèlement de son programme nucléaire à la condition que des discussions directes avec les Etats-Unis soient ouvertes au préalable.

 

Parallèlement, l’agence sud-coréenne Yonhap rapportait que les opérations de remise en marche de la centrale de Yongbyon, pilier du programme nucléaire nord-coréen, étaient entrées dans leur phase finale.

 

La proposition de dialogue coïncide avec la visite du Premier ministre chinois Wen Jiabao dont le gouvernement, seul allié de la Corée du Nord parmi les grandes puissances, s’est engagé lundi à renforcer ses liens avec le régime reclus.

 

Pyongyang réitère là une position maintes fois exprimée, à savoir que Washington a les clés de son éventuel désarmement.

 

"Les relations hostiles entre la RPCN et les Etats-Unis devraient se transformer sans échouer en liens pacifiques par la voie de discussions bilatérales", a déclaré le numéro un nord-coréen Kim Jong-il, cité par l’agence officielle KCNA.

 

"Nous nous disons prêts à avoir des pourparlers multilatéraux, selon le résultat des discussions USA-RPCN. Les pourparlers à six sont aussi inclus dans le dialogue multilatéral", a ajouté Kim, lors d’une rencontre avec Wen.

 

Washington a récemment évoqué la possibilité d’un dialogue direct avec Pyongyang, si cela permettait une relance des pourparlers à six avec la Corée du Sud, la Chine, le Japon et la Russie visant à lui faire renoncer à ses ambitions nucléaires en échange d’aide et de relations normalisées.

  

Des assurances sur la prolifération

 

La Corée du Nord a quitté ces discussions il y a un an et répétait depuis que ce format de dialogue était mort. Aussi sa volonté d’y revenir semble-t-elle amorcer un renouveau.

 

"Nos efforts pour obtenir la dénucléarisation de la péninsule demeurent inchangés", a assuré Kim mardi.

 

Elément central du programme nucléaire nord-coréen, dédié notamment à la production de combustible et à l’exploitation du plutonium, le complexe de Yongbyon avait été en partie démantelé l’année dernière sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

 

Mais la Corée du Nord a ensuite exclu les inspecteurs de l’agence onusienne et entrepris de relancer cette centrale, accusant les Etats-Unis de préparer une attaque.

 

Pyongyang invoque l’hostilité américaine à son endroit, symbolisée selon elle par la présence de 28.000 soldats américains en Corée du Sud, pour justifier ses activités.

 

Pour Cho Min, analyste à l’Institut national coréen de l’unification, les deux pays ont un intérêt à dialoguer: La Corée du Nord, démunie, a besoin de sortir de son statut d’Etat paria et Washington veut s’assurer qu’elle ne vend pas d’armements nucléaires à des pays tiers.

 

“La Corée du Nord veut la levée des sanctions (...) Ce que les Etats-Unis veulent, ce sont des assurances sur la prolifération, parce que les Etats-Unis ne soucient guère de la remise en route d’une centrale nucléaire obsolète ou de savoir de combien de matière nucléaire le Nord dispose”, explique-t-il.

 

La question principale est désormais de savoir si les Etats-Unis vont envoyer à Pyongyang leur émissaire dans ce dossier, Stephen Bosworth ou un autre responsable.

Première publication : 06/10/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)