Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang invite Washington à entamer des discussions directes

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2009

Au terme d'une visite officielle du Premier ministre chinois, Wen Jiabao (au milieu), à Pyongyang, la Corée du Nord a averti qu'elle ne reviendrait à la table des négociations qu'après avoir entamé un dialogue direct avec Washington.

REUTERS - La Corée du Nord s’est dit prête mardi à reprendre les pourparlers sur le démantèlement de son programme nucléaire à la condition que des discussions directes avec les Etats-Unis soient ouvertes au préalable.

 

Parallèlement, l’agence sud-coréenne Yonhap rapportait que les opérations de remise en marche de la centrale de Yongbyon, pilier du programme nucléaire nord-coréen, étaient entrées dans leur phase finale.

 

La proposition de dialogue coïncide avec la visite du Premier ministre chinois Wen Jiabao dont le gouvernement, seul allié de la Corée du Nord parmi les grandes puissances, s’est engagé lundi à renforcer ses liens avec le régime reclus.

 

Pyongyang réitère là une position maintes fois exprimée, à savoir que Washington a les clés de son éventuel désarmement.

 

"Les relations hostiles entre la RPCN et les Etats-Unis devraient se transformer sans échouer en liens pacifiques par la voie de discussions bilatérales", a déclaré le numéro un nord-coréen Kim Jong-il, cité par l’agence officielle KCNA.

 

"Nous nous disons prêts à avoir des pourparlers multilatéraux, selon le résultat des discussions USA-RPCN. Les pourparlers à six sont aussi inclus dans le dialogue multilatéral", a ajouté Kim, lors d’une rencontre avec Wen.

 

Washington a récemment évoqué la possibilité d’un dialogue direct avec Pyongyang, si cela permettait une relance des pourparlers à six avec la Corée du Sud, la Chine, le Japon et la Russie visant à lui faire renoncer à ses ambitions nucléaires en échange d’aide et de relations normalisées.

  

Des assurances sur la prolifération

 

La Corée du Nord a quitté ces discussions il y a un an et répétait depuis que ce format de dialogue était mort. Aussi sa volonté d’y revenir semble-t-elle amorcer un renouveau.

 

"Nos efforts pour obtenir la dénucléarisation de la péninsule demeurent inchangés", a assuré Kim mardi.

 

Elément central du programme nucléaire nord-coréen, dédié notamment à la production de combustible et à l’exploitation du plutonium, le complexe de Yongbyon avait été en partie démantelé l’année dernière sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

 

Mais la Corée du Nord a ensuite exclu les inspecteurs de l’agence onusienne et entrepris de relancer cette centrale, accusant les Etats-Unis de préparer une attaque.

 

Pyongyang invoque l’hostilité américaine à son endroit, symbolisée selon elle par la présence de 28.000 soldats américains en Corée du Sud, pour justifier ses activités.

 

Pour Cho Min, analyste à l’Institut national coréen de l’unification, les deux pays ont un intérêt à dialoguer: La Corée du Nord, démunie, a besoin de sortir de son statut d’Etat paria et Washington veut s’assurer qu’elle ne vend pas d’armements nucléaires à des pays tiers.

 

“La Corée du Nord veut la levée des sanctions (...) Ce que les Etats-Unis veulent, ce sont des assurances sur la prolifération, parce que les Etats-Unis ne soucient guère de la remise en route d’une centrale nucléaire obsolète ou de savoir de combien de matière nucléaire le Nord dispose”, explique-t-il.

 

La question principale est désormais de savoir si les Etats-Unis vont envoyer à Pyongyang leur émissaire dans ce dossier, Stephen Bosworth ou un autre responsable.

Première publication : 06/10/2009

COMMENTAIRE(S)