Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

UberPOP devant la justice en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"470 000 morts en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Areva / Uramin, un scandale d'État"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hillary : "do you feel the Bern" ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La perpétuité requise contre Hissène Habré à Dakar

En savoir plus

ICI L'EUROPE

En Irlande sur les traces de l’agriculture européenne "réformée"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Agriculture : que change réellement la nouvelle PAC?

En savoir plus

FOCUS

France : comment sensibiliser les jeunes aux concepts de patriotisme et de défense de la Nation?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peur de rien" : l’errance parisienne d'une jeune Libanaise

En savoir plus

Asie - pacifique

Robert Gates souhaite renforcer le contingent américain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2009

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a estimé, lundi, que la situation militaire actuelle des forces alliées en Afghanistan est favorable aux Taliban. Et a soutenu les demandes de renforts souhaités par le général McChrystal.

REUTERS - Les taliban tirent leur dynamique actuelle de l'incapacité des Etats-Unis et de leurs alliés à déployer assez de soldats en Afghanistan, a estimé lundi le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates.

 

Barack Obama procède à des consultations avant d'annoncer une révision de sa stratégie en Afghanistan.

 

L'état-major américain a dressé ces dernières semaines un tableau plutôt pessimiste de la situation et pressé le président de lui octroyer des renforts pour faire face l'insurrection islamiste, qui inflige de lourdes pertes aux forces alliées. Selon Robert Gates, la difficulté des Occidentaux à prendre le dessus sur les taliban résulte du manque de soldats, notamment dans les premières années du conflit, lorsque les Etats-Unis mobilisaient davantage d'hommes en Irak.

 

"La réalité, c'est qu'en raison de notre incapacité, et de l'incapacité, pour être franc, de nos alliés, à envoyer assez de troupes en Afghanistan, les taliban bénéficient pour l'instant d'une dynamique, semble-t-il", a dit Gates.

 

Il s'est cependant refusé à parler des options envisagées par Barack Obama dans le cadre de ses consultations, mais a réaffirmé que le retrait n'était pas à l'ordre du jour.

 

"Nous ne quittons pas l'Afghanistan. Cette discussion porte sur les prochaines étapes et le président doit prendre des décisions capitales", a-t-il souligné lors de l'enregistrement d'une émission qui doit être diffusée sur CNN.

 

Il avait auparavant demandé patience et discrétion, le temps que Barack Obama détermine sa stratégie et, s'il ne visait personne nommément, ces propos faisaient suite à une série de déclarations publiques, notamment du général Stanley McChrystal, commandant des forces américaines et alliées en Afghanistan.

 

Très critiqué après avoir demandé publiquement des renforts massifs, Stanley McChrystal a trouvé un avocat en Robert Gates.

 

"Stan McChrystal est exactement la bonne personne pour être le commandant en Afghanistan aujourd'hui", a-t-il assuré.

 

"J'ai toute confiance dans le fait que, quelle que soit la décision du président, Stan McChrystal la mettra en oeuvre aussi efficacement que possible", a ajouté le ministre de la Défense.

Première publication : 06/10/2009

COMMENTAIRE(S)