Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Asie - pacifique

Sarkozy à Astana pour une visite à dominante économique

Vidéo par Roselyne FEBVRE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2009

Nicolas Sarkozy est arrivé mardi matin au Kazakhstan pour une brève visite placée sous le signe de partenariats économiques. Total et GDF Suez doivent notamment conclurent des accords concernant l'exploitation d'un champ gazier.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mardi matin au Kazakhstan pour une visite d'Etat de quelques heures destinée à marquer la relance des relations entre les deux pays par la signature d'une série de contrats au profit des entreprises françaises.
  
L'avion du chef de l'Etat s'est posé aux environs de 09H00 locales (03H00 GMT) sur l'aéroport d'Astana, a-t-on appris auprès de la délégation française.
  
Après une pause à son hôtel, Nicolas Sarkozy devait rejoindre le palais de son homologue kazakh Noursoultan Nazarbaïev pour un entretien puis une conférence de presse conjointe.
  
Après un déjeuner de travail, les deux dirigeants devaient s'exprimer devant un parterre d'hommes d'affaires puis participer à une cérémonie au "monument des défenseurs de la patrie".
  
Après s'être fait présenter la maquette du plan de développement de la toute jeune capitale kazakh, sortie de terre à la fin des années 1990, le président français devait reprendre l'avion pour Paris en milieu d'après-midi.
  
Pour ce premier déplacement au Kazakhstan d'un président français depuis celui de François Mitterrand en 1993, Nicolas Sarkozy est accompagné d'une délégation d'une trentaine de chefs d'entreprises français, qui doivent signer à cette occasion plusieurs contrats importants.
  
"Le Kazakhstan est pour nous un partenaire majeur dans une région, l'Asie centrale, absolument stratégique pour le monde, un géant avec qui nous voulons développer nos relations dans tous les domaines", a déclaré le chef de l'Etat français dans un entretien paru mardi dans le quotidien Kazakhstanskaïa Pravda.
  
Dans le domaine stratégique des ressources énergétiques, dont le sous-sol du Kazakhstan regorge, Total et GDF Suez doivent formaliser leur participation à l'exploitation du champ gazier offshore de Khvalinskoye, opérée par le groupe pétrolier russe Loukoïl, à hauteur d'environ un milliard d'euros.
  
Le Kazakhstan doit également annoncer mardi l'ouverture de négociations exclusives avec un consortium dirigé par Spie Capag, un filiale du géant du BTP Vinci, pour la construction d'un oléoduc reliant le champ pétrolier géant de Kashagan à la mer Caspienne. S'il aboutit, ce contrat devrait rapporter selon l'Elysée 1,2 milliard d'euros à la partie française.
  
D'autres contrats seront signés pour la fourniture de deux satellites d'observations de la terre par EADS-Astrium, d'un système de télécommunication militaire par Thalès ou d'un tramway par Alstom. Areva doit pour sa part annoncer la création d'une société conjointe avec son partenaire kazakh pour l'exportation de combustible nucléaire.
  
La question des droits de l'Homme, malmenés au Kazakhstan, devrait également être abordée. L'ONG Human Rights Watch a demandé à Nicolas Sarkozy de faire pression sur son hôte, qui doit prendre en janvier la présidence tournante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Première publication : 06/10/2009

COMMENTAIRE(S)