Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Economie

Les banques françaises tenues à davantage de transparence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2009

Un arrêté du ministère de l'Économie oblige désormais les banques françaises à publier la liste de leurs "implantations" dans les paradis fiscaux, ainsi que la "nature des activités" qu'elles y mènent.

AFP - Les banques françaises devront publier en annexe de leurs comptes annuels la liste de leurs "implantations" dans les paradis fiscaux et la "nature des activités" qu'elles y mènent, selon un arrêté ministériel publié mercredi au Journal officiel (JO).
   
Cet arrêté du ministère de l'Economie précise le cadre et la nature de l'obligation de transparence qui avait été inscrite dans la loi de fusion Caisse d'épargne-Banque populaire votée début juin.
   
Aux termes de l'arrêté, les établissements de crédit devront publier la liste de leurs implantations "directes ou indirectes" dans les territoires n'ayant pas conclu avec la France de convention d'assistance contre l'évasion fiscale. Sont visées les "succursales", les "filiales" et les "participations dans d’autres entités" que les banques contrôlent totalement ou en partie.
   
Les établissements devront également rendre publiques "une description de la nature des activités pour chacune de ces implantations", ainsi que "la dénomination sociale, le pourcentage de capital, les droits de vote détenus et la forme juridique" de ces entités.
   
"Le processus de décision en matière d’implantation et de surveillance des risques" dans ces territoires devra également être rendu public.
   
Début octobre, l'ensemble des banques françaises se sont engagées à fermer leurs filiales et succursales implantées dans les pays qui figureront encore en mars prochain sur la liste "grise" des paradis fiscaux.
   
 

Première publication : 07/10/2009

COMMENTAIRE(S)