Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

SCIENCES

Avec ses "Windows Phones", Microsoft souhaite croquer Apple

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2009

Microsoft a présenté, mardi, son nouveau système d'exploitation pour ses téléphones mobiles baptisés "Windows Phones". Le géant du logiciel veut ainsi se repositionner sur le marché des smartphones, actuellement dominé par l'iPhone d'Apple.

REUTERS - Microsoft a présenté mardi une nouvelle plateforme pour les téléphones mobiles portant le nom "Windows phones" en partenariat avec des fabricants de combinés, espérant avec cette mouture mieux concurrencer l'iPhone d'Apple et le Blackberry de RIM.

 

La plateforme se compose d'un système d'exploitation désignée sous le terme de Windows Mobile, d'une boutique d'applications en ligne appelée Windows Marketplace et d'un service dénommé MyPhone, permettant de synchroniser, de sauvegarder et de partager des données du téléphone vers le web.

 

Selon le premier éditeur mondial de logiciels, le nouveau Windows Mobile 6.5 a reçu le soutien des fabricants comme Samsung Electronics, Acer, HTC, Sony Ericsson et des opérateurs tels que AT&T et Vodafone Group , SFR  ou Orange.

 

Il devrait équiper plus de trente nouveaux combinés dans plus de vingt pays d'ici la fin de l'année, dont certains équipés d'un écran tactile.

 

Les nouveaux appareils sous Windows Mobile seront capables de jouer de la musique, d'ouvrir des documents Word et Excel, d'envoyer et de recevoir du courrier électronique en temps réel, pour les utilisateurs de Hotmail.

 

Ils offriront également la possibilité d'acheter sans fil des programmes supplémentaires, quelque 246 applications étant disponibles.

 

Mais certains analystes estiment que le nouveau logiciel ne va pas assez loin pour pouvoir rivaliser avec les systèmes concurrents.

 

En Bourse, l'annonce a toutefois retenu l'attention des investisseurs avec une hausse du titre Microsoft de quelque 1,5% à 25,01 dollars en fin de séance à Wall Street.

 

A Paris, où se tenait une conférence organisée par Microsoft, le directeur général du groupe, Steve Ballmer, a d'entrée douché les espoirs du secteur qui espérait que la firme de Redmond allait lancer son propre combiné.

 

"Nous ne sommes pas ici aujourd'hui pour annoncer que nous allons fabriquer des téléphones", a dit Steve Ballmer.

 

Le marché des téléphones devrait tripler ou quadrupler dans les prochaines années, a avancé le dirigeant de Microsoft pour justifier son approche uniquement focalisée sur le logiciel qui équipera les combinés des différents fabricants.

 

Selon Steve Ballmer, la part de marché de Windows Mobile équivaut déjà à celle d'iPhone OS, présent uniquement sur le combiné d'Apple.

 

"Apple et nous sommes au coude-à-coude et nous sommes tous les deux à poursuite des autres acteurs", a déclaré Ballmer, faisant référence à Nokia, le premier fabricant mondial de téléphones portables et de smartphones (combinés multimedia), et Research in Motion, l'inventeur du Blackberry, qui a popularisé l'usage de l'e-mail sur mobile.

 

Microsoft a par ailleurs dit qu'il ne prévoyait pas de proposer gratuitement la licence Windows Mobile aux fabricants de téléphones comme le fait Google avec son système d'exploitation pour mobiles Android.

 

"La gratuité n'est pas notre modèle économique", a-t-il dit. "Nous sommes une entreprise commerciale, qui cherche à dégager des revenus et des bénéfices de nos activités. Vous devriez demander à nos concurrents s'ils peuvent gagner de l'argent avec des choses gratuites".

 

Première publication : 07/10/2009

COMMENTAIRE(S)