Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Culture

Le prix Nobel décerné à l'Allemande d'origine roumaine Herta Müller

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 14/10/2009

L'Allemande Herta Müller, 56 ans, a reçu le prix Nobel de littérature 2009. L'Académie suédoise a salué sa capacité à dessiner "les paysages de l'abandon", celui de la Roumanie de Ceaucescu, son pays de naissance.

 

L’exil, la cohabitation des cultures, la fuite d’un régime communiste. Les thèmes abordés par l’écriture précise, exigeante d’Herta Müller sont ceux de son vécu, de son enfance dans le Banat - la région germanophone de Roumanie où elle est née en 1953 -, de son départ pour l’Allemagne de l’Ouest à l’âge de 34 ans, de la mémoire persistante de la censure sous la dictature de Ceaucescu.
 
Lorsque l’Académie suédoise a décerné le prix Nobel de littérature 2009 à Herta Müller, l'institution a salué l'aptitude de l'écrivain à peindre "le paysage des dépossédés (...) avec la concentration de la poésie et l'objectivité de la prose", à dessiner "les paysages de l'abandon".
 
Poète et romancière, Herta Müller a d’abord été censurée en Roumanie avant de gagner l’estime de la critique occidentale grâce à un recueil de récits, "Bas-fonds", qu’elle avait réussi à diffuser clandestinement hors de son pays natal, en 1984. À l’époque, elle fréquente un groupe d’écrivains germanophones, baptisé "Aktionsgruppe Banat", taxé de "ferment d’opposition", tout en travaillant comme traductrice pour l’industrie automobile. Elle est démise de ce poste pour avoir refusé de collaborer avec les services secrets roumains, la "Securitate".
 
L'exil et la mémoire
 
En 1987, avec son compagnon Richard Wagner - qui est, comme elle, un écrivain roumain d’expression allemande -, elle fuit la Roumanie et les harcèlements de la "Securitate" pour rejoindre l’Allemagne de l’Ouest. C’est surtout au début des années 2000 qu’elle se fait connaître du grand public. L’exil n’efface pas les souvenirs, au contraire. Dans ses écrits, qu’ils soient en prose ou en vers, Herta Müller convoque la société roumaine sclérosée par le régime de Ceaucescu.
 
"L'expérience essentielle de ma vie, a-t-elle eu l'occasion d'expliquer, c'est en Roumanie que je l'ai vécue, sous la dictature. Le fait de vivre à plusieurs centaines de kilomètres de mon pays ne me fera pas oublier ce que j'y ai vécu. En partant, j'ai emporté mon passé et il faut dire que, en Allemagne, la crainte de la dictature est toujours là."
 
Herta Müller a choisi d'écrire en allemand, sa langue maternelle. "La langue de l'écriture, le haut-allemand, coexistait avec le dialecte, le souabe du Banat, et la langue véhiculaire, le roumain, explique-t-elle. À cela s'ajoutait la langue de bois du régime qui avait détourné le langage à son profit. D'où notre vigilance pour éviter les mots ou les concepts violés ou souillés par le politique. Ils renvoyaient à une réalité qui n'était pas la nôtre. Pour écrire notre réalité, nous devions sans cesse chercher un langage innocent."
 
"Mon petit jeu avec le roumain"
 
Ses quelques écrits en roumain sont des poésies composées de collages à partir de journaux et de magazines roumains. ”C’est mon petit jeu avec le roumain", racontait-t-elle dans un entretien à la Radio roumaine internationale en 2007. Je trouve que la langue roumaine se révèle dans toute sa beauté dans son usage quotidien, celui que j’ai appris lorsque je travaillais comme traductrice dans l’industrie automobile."
 
Sous la plume d’Herta Müller, la Roumanie n’est pas que dictature pétrifiante et opposition politique souterraine. "Je dois dire que j’ai beaucoup plus appris du folklore musical, dit-elle dans ce même entretien accordé à  la radio roumaine. La voix de Maria Tanase résonne incroyablement dans mes oreilles. En revanche, le folklore allemand ne m’inspire rien du tout."
 
Ses derniers livres parus sont "Der Fuchs war damals schon der Jäger" (Le renard était déjà le chasseur, 1998), "Herztier" et "Heute wäre ich mir lieber nicht begegnet" (La Convocation, 2001). Son dernier roman, sorti en août, "Atemschaukel", évoque l'exil des Roumains germanophones vers l'URSS après la guerre. Il a reçu un accueil très favorable de la critique allemande.
 
Outre le prix Nobel, Herta Müller a déjà été récompensée de nombreux prix littéraires, dont le prix Kleist en Allemagne, en 1994, le prix Impac, en Irlande, ou encore le prix Würth pour la littérature européenne, en 2006. "Je suis étonnée et je n'arrive toujours pas à y croire. Je ne peux rien dire de plus pour le moment", a déclaré la nouvelle lauréate du prix Nobel lorsqu’elle a appris la nouvelle.
 
 

 

Première publication : 08/10/2009

COMMENTAIRE(S)