Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

FRANCE

Le patron de France Télécom fait son mea culpa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/10/2009

Confronté à une série de suicides au sein de son entreprise, Didier Lombard, le PDG de France Télécom (photo), reconnaît ne pas avoir suffisamment "pris en compte les signaux" de détresse du personnel de l'opérateur.

 

REUTERS - Le P-DG de France Télécom, Didier Lombard, a reconnu vendredi ne pas avoir prêté assez d’attention aux signes avant-coureurs du malaise de salariés de l’entreprise, confrontée à 24 suicides en vingt mois.
 
La direction de France Télécom s’est engagée à des réformes profondes et a mis en oeuvre un plan contre le stress au travail.
 
« Je n’ai pas pris en compte suffisamment les signaux faibles qui arrivaient », a déclaré Didier Lombard sur Europe 1.
 
“Je pense qu’on a sous-estimé un certain nombre de paramètres humains”, a-t-il concédé.
 
Le P-DG a souligné que le groupe était en 2002 au bord du dépôt de bilan et que cette situation avait nécessité des changements radicaux.
 
“On a fait des transformations majeures, on les a probablement fait trop vite”, a-t-il souligné.
 
Didier Lombard a une nouvelle fois regretté d’avoir employé le terme “mode” pour décrire la vague de suicides. “C’est une énorme bourde”, a-t-il dit. “J’ai trouvé le mot le plus catastrophique”.
 
Les salariés “ne vont pas très bien, parce qu’ils ont pris un choc”, a-t-il expliqué.
 
“Ils sont en train de se reconstruire après cette épreuve terrible”, a-t-il ajouté, assurant que le groupe faisait “tout ce qu’il faut” pour améliorer cette situation.

 

Première publication : 09/10/2009

COMMENTAIRE(S)