Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les Grecs, entre colère et épuisement"

En savoir plus

FOCUS

Bodrum, porte d'entrée clandestine vers l’Union européenne

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tchad : 11 morts lors d'une opération de police contre Boko Haram

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Pierre Nkurunziza à bicyclette

En savoir plus

DÉBAT

Élections au Burundi : un scrutin controversé

En savoir plus

DÉBAT

La lutte antiterroriste, une "guerre de civilisations" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grèce : "Le soleil se lèvera comme d'habitude"

En savoir plus

FOCUS

Ouganda : le combat d'une Française contre le braconnage

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dom La Nena : la corde sensible du Brésil

En savoir plus

EUROPE

La Pologne signe le texte, les Tchèques s'obstinent

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2009

Une semaine après le ratification du traité de Lisbonne par l'Irlande, le président polonais Lech Kaczynski (photo) a paraphé le texte. La signature des Tchèques reste le dernier obstacle à l'entrée en vigueur du traité.

REUTERS - Le président polonais Lech Kaczynski a ratifié samedi le traité européen de Lisbonne lors d'une cérémonie retransmise à la télévision.

La République tchèque est désormais le seul pays à ne pas l'avoir ratifié.
Le président polonais avait promis de signer le texte si les Irlandais se prononçaient en sa faveur, ce que ceux-ci ont fait le vendredi 2 octobre lors d'un second référendum, après l'avoir rejeté l'an dernier.

Avant d'apposer sa signature, en présence notamment du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, Kaczynski, un conservateur eurosceptique, a estimé que l'Union devait rester un ensemble d'Etat-nations souverains ouvert à de nouveaux membres, dont les pays des Balkans et la Géorgie.

Le traité de Lisbonne, censé améliorer le fonctionnement des institutions de l'Union à 27 membres, doit être ratifié à l'unanimité des pays membres pour pouvoir entrer en vigueur.
 

Première publication : 10/10/2009

COMMENTAIRE(S)