Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Soupçonné de crimes, le présentateur Wallace Souza se livre à la police

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2009

En cavale depuis lundi, la star du petit écran brésilien Wallace Souza s'est livré à la police. Cet ancien député et policier est soupçonné d'avoir commandité des meurtres pour doper l'audience de son émission.

AFP - Le présentateur vedette Wallace Souza, soupçonné d'avoir commandité des meurtres pour doper l'audience de son émission de télévision en Amazonie, s'est livré vendredi à la police.
  
"Souza s'est livré ce matin à la police", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police de Manaus, la capitale du vaste Etat d'Amazonas.
  
Ce présentateur populaire, ex-député et ex-policier, était en cavale depuis lundi après qu'un juge local, Mauro Antony, eut émis un mandat d'emprisonnement contre lui pour meurtres, trafic de drogue et association criminelle, notamment.
  
La semaine dernière, l'Assemblée législative de Manaus a expulsé de ses rangs Wallace Souza, membre du Parti Progressiste (PP-droite), lui faisant ainsi perdre son immunité parlementaire.
  
L'ex-animateur de télévision, élu en 2006 député de l'Etat d'Amazonas, sera maintenant jugé par la justice commune.
  
Son avocat Francisco Balieiro tentait vendredi de le faire incarcérer dans une cellule isolée, comme c'est le cas au Brésil pour les détenus ayant fait des études supérieures, bien que Souza ne soit pas allé à l'université, selon la police.
  
La police accuse Wallace Souza de faire partie d'une organisation criminelle composée d'une quarantaine de personnes, toutes inculpées d'homicides, de formation de bande armée, d'association pour trafic de drogue et de port illégal d'armes.
  
Dans l'un de ses reportages, on voyait le corps d'un trafiquant de drogue présumé en train de brûler, bien avant l'arrivée de la police. C'est le fait qu'il arrivait toujours avant les policiers sur les lieux des crimes qui a mis la puce à l'oreille des enquêteurs.
  
Plusieurs témoins ont ensuite raconté que Souza n'avait pas hésité à commanditer des meurtres pour crédibiliser son discours sécuritaire et doper l'audience de son émission.
  
A la suite de ces accusations, Souza a été démis de ses fonctions de présentateur de la chaîne Em Tempo en avril dernier.
  
Le présentateur, dont le frère Carlos Souza est maire-adjoint de Manaus, avait à l'époque protesté de son innocence, déclarant à l'AFP être "victime d'un complot du crime organisé".
  
En dépit des lourdes charges pesant sur lui, il n'avait pas été arrêté, la police estimant qu'il ne disparaîtrait pas dans la nature.
  
En avril également, son fils Raphael Souza avait été mis sous les verrous après une perquisition au domicile familial. La police avait trouvé dans sa chambre des armes et des munitions d'usage exclusivement militaire.

Première publication : 10/10/2009

COMMENTAIRE(S)