Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Amériques

Soupçonné de crimes, le présentateur Wallace Souza se livre à la police

Vidéo par Récit : Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2009

En cavale depuis lundi, la star du petit écran brésilien Wallace Souza s'est livré à la police. Cet ancien député et policier est soupçonné d'avoir commandité des meurtres pour doper l'audience de son émission.

AFP - Le présentateur vedette Wallace Souza, soupçonné d'avoir commandité des meurtres pour doper l'audience de son émission de télévision en Amazonie, s'est livré vendredi à la police.
  
"Souza s'est livré ce matin à la police", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police de Manaus, la capitale du vaste Etat d'Amazonas.
  
Ce présentateur populaire, ex-député et ex-policier, était en cavale depuis lundi après qu'un juge local, Mauro Antony, eut émis un mandat d'emprisonnement contre lui pour meurtres, trafic de drogue et association criminelle, notamment.
  
La semaine dernière, l'Assemblée législative de Manaus a expulsé de ses rangs Wallace Souza, membre du Parti Progressiste (PP-droite), lui faisant ainsi perdre son immunité parlementaire.
  
L'ex-animateur de télévision, élu en 2006 député de l'Etat d'Amazonas, sera maintenant jugé par la justice commune.
  
Son avocat Francisco Balieiro tentait vendredi de le faire incarcérer dans une cellule isolée, comme c'est le cas au Brésil pour les détenus ayant fait des études supérieures, bien que Souza ne soit pas allé à l'université, selon la police.
  
La police accuse Wallace Souza de faire partie d'une organisation criminelle composée d'une quarantaine de personnes, toutes inculpées d'homicides, de formation de bande armée, d'association pour trafic de drogue et de port illégal d'armes.
  
Dans l'un de ses reportages, on voyait le corps d'un trafiquant de drogue présumé en train de brûler, bien avant l'arrivée de la police. C'est le fait qu'il arrivait toujours avant les policiers sur les lieux des crimes qui a mis la puce à l'oreille des enquêteurs.
  
Plusieurs témoins ont ensuite raconté que Souza n'avait pas hésité à commanditer des meurtres pour crédibiliser son discours sécuritaire et doper l'audience de son émission.
  
A la suite de ces accusations, Souza a été démis de ses fonctions de présentateur de la chaîne Em Tempo en avril dernier.
  
Le présentateur, dont le frère Carlos Souza est maire-adjoint de Manaus, avait à l'époque protesté de son innocence, déclarant à l'AFP être "victime d'un complot du crime organisé".
  
En dépit des lourdes charges pesant sur lui, il n'avait pas été arrêté, la police estimant qu'il ne disparaîtrait pas dans la nature.
  
En avril également, son fils Raphael Souza avait été mis sous les verrous après une perquisition au domicile familial. La police avait trouvé dans sa chambre des armes et des munitions d'usage exclusivement militaire.

Première publication : 10/10/2009

COMMENTAIRE(S)