Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Le PIB russe devrait mieux résister que prévu, selon Moscou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2009

Le président russe Dmitri Medvedev affirme que le produit intérieur brut (PIB) du pays devrait reculer de 7,5 % en 2009. Pourtant, il y a un mois, son Premier ministre, Vladimir Poutine, tablait plutôt sur une chute de 8 ou 8,5 %.

AFP - Le président russe, Dmitri Medvedev, a estimé dimanche que le Produit intérieur brut (PIB) de la Russie allait chuter de 7,5% en 2009, soit un peu moins que prévu.
 
"La chute réelle du PIB à laquelle nous nous attendons à l'issue de cette année devrait s'établir à environ 7,5%", a déclaré le président russe sur la chaîne télévisée Pervyi Kanal.
 
Fin septembre, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, avait déjà revu à la baisse la prévision de chute du PIB, l'estimant à 8% voire moins, contre  8,5% précédemment.
 
"Nos attentes relativement optimistes sont désormais justifiées. Mais, il est aussi justifié de dire que l'année prochaine nous serons confrontés à une nouvelle série de problèmes qu'il faudra résoudre", a souligné Dmitri Medvedev.
 
Le président s'est félicité au passage du succès des mesures adoptées pour lutter contre les conséquences sociales de la crise et pour éviter que le système financier russe ne s'écroule.
 
"Au final, nous avons bien su utiliser les mesures anticrise pour empêcher les scénarios catastrophe de se développer en ce qui concerne le chômage et les conséquences financières directes de la crise sur le système bancaire", a-t-il estimé.
 
"Notre système bancaire a résisté et maintenant il va bien", a-t-il encore dit.
 
Le président a aussi tenu à souligner que la monnaie russe était "calme et stable", alors que le rouble avait dû être fortement dévalué il y a un an dans la foulée de la crise et de la chute des prix des matières premières.
 
La Russie a été durement touchée par la crise économique et financière mondiale, notamment en raison de la chute des cours mondiaux des hydrocarbures, qui représentent 60% de ses recettes d'exportation.
 
Sur les huit premiers mois de l'année, le PIB russe a reculé de 10,2% par rapport à la même période de 2008.

Première publication : 11/10/2009

COMMENTAIRE(S)