Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Jean Sarkozy dénonce des "attaques très partiales"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/10/2009

"Quoi que je dise, quoi que je fasse, je serai critiqué", a rétorqué le fils du président français Jean Sarkozy, 23 ans, à ceux qui s'élèvént contre sa probable nomination à la tête de l'Epad.

REUTERS - "Quoi que je fasse, je serai critiqué", répond Jean Sarkozy à ceux qui l'accusent d'user de son patronyme pour prendre la tête de l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (Epad), premier quartier d'affaires européen.

 
L'opposition crie au népotisme et juge que Jean Sarkozy, 23 ans, n'a pas les qualifications requises. Des critiques reprises sur internet, où une pétition circule et les moqueries pleuvent.
 
"Depuis que je me suis lancé en politique, j'ai toujours fait l'objet de critiques. Quand on fait ce métier, il faut s'y attendre, s'y préparer", déclare Jean Sarkozy dans un entretien à paraître mardi dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.
 
Le fils cadet du président de la République a été élu en 2008 conseiller général du canton de Neuilly-Sud, la ville où il a grandi.
 
Il dénonce "des attaques très partiales".
 
"Depuis deux ans, je suis sur le terrain, je travaille, j'ai toujours été soutenu par ma majorité. Mais quoi que je dise, quoi que je fasse, je serai critiqué. Ce procès en légitimité, on me le fera toujours", dit-il. "Si je devais être jugé aux raccourcis, aux critiques, aux amalgames dont je suis l'objet, je serais probablement condamné à la perpétuité."
 
Jean Sarkozy reconnaît avoir parlé avec son père de sa nomination à la tête de l'Epad, qui pourrait intervenir le 4 décembre.
 
"Il est évident que j'ai informé ceux qui me sont proches, c'est normal. Cela dit, je trace ma route", ajoute-t-il.
 

 

Première publication : 13/10/2009

  • JEAN SARKOZY

    La nomination de Jean Sarkozy à la tête de l'Epad fait polémique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean Sarkozy pressenti pour prendre la tête de l'Epad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)