Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Afrique

Le "Boucher de Butare" plaide non coupable devant le TPIR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/10/2009

L'ancien officier rwandais surnommé le "Boucher de Butare" a plaidé non couplable devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui l'accuse d'être l'un des principaux instigateurs du génocide 1994.

REUTERS - Idelphonse Nizeyimana, considéré comme l'un des principaux architectes du génocide rwandais de 1994, a plaidé non coupable mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

L'ancien officier de l'armée et des services de renseignement rwandais, inculpé notamment de génocide, de complicité de génocide et de crimes contre l'humanité, a été arrêté le 5 octobre à son arrivée en Ouganda, en provenance de République démocratique du Congo.

"Nizeyimana (...) a plaidé non coupable de tous les chefs d'inculpation retenus contre lui. La date d'ouverture de son procès sera fixée ultérieurement", indique le TPIR dans un communiqué.

Nizeyimana est soupçonné d'avoir dressé des listes d'intellectuels et de responsables tutsis à l'intention des exécutants du génocide.

On lui reproche également d'avoir érigé des barrages routiers où des Tutsis furent massacrés et d'avoir fourni armes et moyens de transport aux miliciens en sachant qu'ils serviraient au génocide, qui a fait 800.000 morts parmi les Tutsis et les Hutus modérés.
 

Première publication : 14/10/2009

COMMENTAIRE(S)