Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

« Les Russes ne sont pas nos ennemis », estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les musulmans rohingyas humiliés en Birmanie et une polémique après l'expulsion de France d'un Malien

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Primaire du parti socialiste : un débat sans pugilat

En savoir plus

Afrique

Le "Boucher de Butare" plaide non coupable devant le TPIR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/10/2009

L'ancien officier rwandais surnommé le "Boucher de Butare" a plaidé non couplable devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui l'accuse d'être l'un des principaux instigateurs du génocide 1994.

REUTERS - Idelphonse Nizeyimana, considéré comme l'un des principaux architectes du génocide rwandais de 1994, a plaidé non coupable mercredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

L'ancien officier de l'armée et des services de renseignement rwandais, inculpé notamment de génocide, de complicité de génocide et de crimes contre l'humanité, a été arrêté le 5 octobre à son arrivée en Ouganda, en provenance de République démocratique du Congo.

"Nizeyimana (...) a plaidé non coupable de tous les chefs d'inculpation retenus contre lui. La date d'ouverture de son procès sera fixée ultérieurement", indique le TPIR dans un communiqué.

Nizeyimana est soupçonné d'avoir dressé des listes d'intellectuels et de responsables tutsis à l'intention des exécutants du génocide.

On lui reproche également d'avoir érigé des barrages routiers où des Tutsis furent massacrés et d'avoir fourni armes et moyens de transport aux miliciens en sachant qu'ils serviraient au génocide, qui a fait 800.000 morts parmi les Tutsis et les Hutus modérés.
 

Première publication : 14/10/2009

COMMENTAIRE(S)