Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

FRANCE

Un vingt-cinquième salarié de France Télécom se suicide

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/10/2009

Un ingénieur de France Télécom, en arrêt-maladie depuis un mois, s’est pendu à son domicile. La mort de ce père de famille de 48 ans, salarié du site de Lannion en Bretagne, porte à 25 le nombre de suicides au sein du groupe depuis février 2008.

La direction a confirmé ce nouveau cas. "Il s’agit d’un ingénieur de 48 ans qui travaillait sur le site de Lannion en Bretagne et qui était en arrêt-maladie depuis un mois", a précisé à France24.com le service de communication de France Télécom. Ce père de famille s’est pendu à son domicile ce jeudi matin. Aucun lien entre ce geste et les conditions de travail à France Télécom, souvent décriées ces derniers mois,  n’a encore pu être établi.

Lombard sur place

Le site de Lannion a déjà été endeuillé par un précédent suicide dans la nuit du 29 au 30 août. Un technicien de 53 ans qui travaillait au centre de Recherche et Développement breton, appelé aussi Orange Lab, s'est donné la mort. 

Profondément affecté", le PDG du groupe, Didier Lombard, doit  "se rendre immédiatement sur place" a indiqué à France24.com le service de communication de France Télécom.

La vague de suicides qui frappe la société, détenue en partie par l’État, a provoqué il y a dix jours le départ du numéro 2 du groupe Louis Pierre Wenes. Les syndicats ont appelé après le nouveau suicide de ce jeudi le personnel à "agir sous toutes les formes, et notamment des assemblées générales" le 20 octobre, jour de la prochaine séance de négociation sur le stress au travail.

 

Première publication : 15/10/2009

  • TÉLÉCOMS

    Le patron de France Télécom fait son mea culpa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)