Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali: 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

Afrique

Ali Bongo prête serment après une saga électorale de plus d'un mois

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 16/10/2009

Le fils et successeur d'Omar Bongo Ondimba - dont l'élection à la présidence de la République gabonaise a été validée lundi par la Cour constitutionnelle - prête serment, ce vendredi, à Libreville. Le président français Nicolas Sarkozy est représenté

La cérémonie d'investiture d'Ali Bongo à la présidence de la République gabonaise se tient ce vendredi, au palais du bord de mer, à Libreville.

L’élection du fils de l’ancien président Omar Bongo Ondimba a été confirmée lundi par la Cour constitutionnelle, qui a déclaré irrecevables les 11 recours en annulation du scrutin déposés par neuf candidats et une citoyenne gabonaise. La voie est donc libre, désormais, pour "Baby Zeus", à qui la présidente par interim, Rose Francine Rogombé, va transmettre le pouvoir.

Celle-ci a lancé un appel au calme, jeudi, demandant notamment aux Gabonais "de ne pas plonger le pays dans le chaos", précisant que l'élection présidentielle était "derrière nous".

Le secrétaire d'État français à la Coopération, Alain Joyandet, est arrivé jeudi à Libreville pour assister à la cérémonie d’investiture. Il a profité de l'occasion pour déclarer, une nouvelle fois, que la France n'a soutenu aucun candidats et n’a pas "interféré" dans l'élection présidentielle du 30 août.

M. Joyandet s’est par ailleurs déclaré prêt à s'entretenir avec l'opposition à ce propos : "Si une rencontre [...] peut apaiser les choses [...], bien entendu, je suis tout à fait disponible", a-t-il affirmé.

L'annonce des résultats du scrutin, le 3 septembre, avait entraîné des violences dans plusieurs endroits du pays, notamment à Port-Gentil (ouest), la capitale pétrolière du pays. Les incidents avaient fait trois morts, selon le gouvernement, entre cinq et quinze, d’après l’opposition. 

Un défilé militaire doit avoir lieu après la cérémonie d’investiture et un feu d’artifice doit être tiré dans la soirée.



   

 

Première publication : 16/10/2009

  • PRÉSIDENTIELLE GABONAISE

    L'opposant André Mba Obame entame une grève de la faim

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)