Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume désuni"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brex... pschitt ?"

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

EUROPE

La Constitution amendée en vue de la signature du traité de Lisbonne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/10/2009

Près de deux semaines après la victoire du "oui" au référendum sur le traité de Lisbonne, la présidente de la République d'Irlande, Mary McAleese (photo), a amendé la Constitution du pays pour permettre à Dublin de ratifier le texte.

AFP - L'Irlande a achevé jeudi son processus de ratification du traité européen de Lisbonne avec la signature d'un texte constitutionnel par la présidente Mary McAleese, près de deux semaines après la victoire du "oui" au référendum, a annoncé la présidence dans un communiqué.

La présidente "a signé le 28e amendement", qui amende la constitution de la République d'Irlande et permet la ratification du traité, est-il indiqué dans le communiqué.

Le 2 octobre, les Irlandais avaient voté "oui" à 67,13% lors du référendum sur le traité de Lisbonne, qu'ils avaient rejeté avec 53,4% de "non" lors d'un premier référendum en juin 2008.

Censé permettre à l'Union européenne de fonctionner de manière plus efficace, le traité de Lisbonne a déjà été ratifié par 26 des 27 pays de l'UE.

En République tchèque, le gouvernement a déjà signé le traité de Lisbonne et les deux chambres du Parlement l'ont ratifié. Mais il manque encore la signature du président, l'eurosceptique Vaclav Klaus.

Ce dernier a conditionné sa signature à une dérogation pour son pays empêchant toute restitution des biens des Allemands des Sudètes confisqués après la Seconde guerre mondiale, en vertu des décrets signés par le président tchécoslovaque d'alors, Edvard Benes.

Première publication : 16/10/2009

COMMENTAIRE(S)